PARTAGER

Jeunesse au pouvoir (Jap). C’est le nom de ce nouveau mouvement lancé samedi dernier à Dakar et qui compte mettre fin à la «comédie politique». «Nous proposons comme solution, la rationalisation de la taille du gouvernement. La Chine a 1 milliard 350 millions d’habitants, pourtant elle a un Président et moins d’une trentaine  de ministres. Les Etats-Unis, qui comptent une cinquantaine d’Etats, ont une quinzaine de ministres. Je ne vois pas, en vertu de quoi, le Sénégal, qui est un pays insignifiant, doit compter une pléthore de ministres. Il est temps qu’on pense à notre destin pour construire le Sénégal», a déclaré Me El Hadji Mansour Mboup, président de Jap. Les animateurs dudit mouvement s’engagent également à «réduire les effectifs de l’Assemblée nationale en les ramenant à 70 députés». M. Mboup de souligner : «Ce qui se passe au Sénégal est intolérable. Nous avons vu des contrats miniers signés en catimini. Nous avons vu un ancien Président se dédire. Nous avons vu l’actuel Président dire qu’il allait réduire son mandat à cinq ans, appliquer les recommandations des Assises nationales. De tout cela, il n’en est rien», dénonce-t-il. Jap, qui se veut un «troisième pôle» qui n’est «ni du pouvoir ni de l’opposition classique», compte s’allier avec «les mouvements citoyens qui partagent les mêmes convictions» et les partis politiques «vertueux» pour briguer le suffrage des Sénégalais en 2019.
Me El Hadji Mansour Mboup constate encore : «Le Sénégal est toujours plongé dans une profonde léthargie où l’approvisionnement en électricité et en eau fait défaut, au moment où  les jeunes Sénégalais empruntent la mer ou le désert à la recherche de l’Eldorado. L’Afrique ne peut pas éternellement vivre dans la souffrance. Si le mal de l’Afrique, c’est sa classe politique, le moment est venu de nous en débarrasser pour construire notre continent.» Le leader de Jap a profité de la cérémonie pour procéder au lancement de son ouvrage dont le titre est : «Jeunesse au pouvoir, le développement du Sénégal par la jeunesse.»
ambodji@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here