PARTAGER

Timbuktu institute, en partenariat avec l’ambassade de France et l’Organisme national en charge des activités de vacances (Oncav), a présenté ce vendredi sa bande dessinée intitulée «Non à la violence dans le sport». Ce projet entre dans le cadre du renforcement des capacités des jeunes issus des Associations sportives et culturelles (Asc) et des Organisations de la société civile (Osc) à promouvoir la paix dans le sport.

Le 16 juillet 2017, lors de la finale de la Coupe de la Ligue, le match opposant le Stade de Mbour à l’Us Quakam s’était soldé par la mort de 8 supporters du club mbourois. Pour éviter que ces actes d’une extrême violence ne se reproduisent, le Timbuktu institute et l’ambassade de France au Sénégal ont décidé de travailler ensemble. «L’ambassade de France soutient le projet de Timbuktu institute à travers le dispositif des Projets innovants des sociétés civiles et coalitions d’acteurs (Piscca) qui a été engagé en 2017», a expliqué Mme Coraline Piquat, représentante de l’ambassade de France, ce vendredi à la Maison de la presse lors de la cérémonie officielle de lancement de la bande dessinée intitulée Non à la violence dans le sport.
Le projet compte également sur l’appui de l’Organisme national de coordination des activités de vacances (Oncav) qui est une structure qui gère les mouvements sportifs nationaux à travers les navetanes de football notamment. «Vous savez au Sénégal, s’il y a une structure omniprésente que l’on peut retrouver dans le plus petit village de notre pays, ce sont les Associations sportives et culturelles (Asc). Et donc, il serait dommage de ne pas s’appuyer sur ce levier pour promouvoir les valeurs citoyennes et de paix pour la prévention de la violence», note Dr Bakary Samb qui n’a pas manqué de relever le rôle de sensibilisation et de promotion de la paix de l’Oncav dans les différentes régions du pays.
Pour une meilleure sensibilisation, l’Institut Timbuktu a également mis en place une chaîne YouTube d’éducation à la paix alimentée par les messages issus de l’enseignement des chefs religieux, mais aussi par les jeunes qui ont développé leurs propres supports à travers le théâtre, la poésie et d’autres méthodes éducatives, et également les radios communautaires qui sont des supports de communication et d’échange. L’objectif étant, selon le Dr Samb, «de former les jeunes à devenir des ambassadeurs de la paix pour leurs concitoyens et dans leurs localités respectives». Cela a d’ailleurs commencé puisque dans les régions de Kaolack, Mbour et Saint-Louis, les autorités se sont engagées à accompagner Timbuktu institute dans la promotion de la non-violence dans le sport, soutient le Dr Bakary Samb.
Stagiaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here