PARTAGER

Sen’Eau est la nouvelle société qui assure l’exploitation et la gestion du service public de l’eau. Elle démarre ses activités demain pour une durée de 15 ans.

«Merci à la Sde et à ses agents pour cette collaboration.» Ces mots du ministre de l’Eau et de l’assainissement annoncent l’arrêt de la Sénégalaise des eaux (Sde) et lancent Sen’Eau. La Sde, après 23 ans de présence au Sénégal, va cesser ses activités aujourd’hui à 00h, cédant la place à Suez, un autre groupe français qui capitalise 160 ans d’expérience dans le domaine. A travers sa filiale Sen’Eau, ce géant va assurer durant 15 ans le service public du liquide précieux. Au cours de la cérémonie de lancement de la nouvelle société Sen’Eau hier, le ministre de l’Eau et de l’assainissement s’est employé à faire remarquer la différence entre Sen’Eau et la Sde. D’après Serigne Mbaye Thiam, ce changement de cap va impacter les finances publiques. «La valeur résiduelle à devoir rembourser à la Sde, fermier sortant, du fait de l’abandon de l’amortissement de caducité au profit de l’amortissement linéaire au titre du contrat en cours, est provisoirement évaluée à 26 milliards de francs Cfa dont les 70% doivent être remboursés en juillet et les 30% avant fin octobre», a renseigné le ministre.

«Le prix de l’eau ne connaîtra pas de hausse le 1er janvier 2020»
Aussi, souligne M. Thiam, la mise en concurrence à travers l’appel d’offres relatif au contrat d’affermage a permis de baisser le prix exploitant de l’eau qui «va passer de 364,7 francs Cfa qui étaient rémunérés à la Sde à actuellement 298,5 francs Cfa par Suez, soit un gain de plus de 66 francs Cfa par mètre cube et plus de 200 milliards de francs Cfa sur la durée du contrat». Pour les travailleurs qui avaient paralysé la distribution de l’eau au début de ce mois, Serigne Mbaye Thiam a précisé que le capital social de Sen’Eau a été porté à 6 milliards de francs Cfa contre 3 milliards pour la Sde. A ce titre, Suez détient 45% contre 57% pour la Sde dans l’ancien contrat, l’Etat du Sénégal (24%) contre 5%, les travailleurs du secteur 11% et le secteur privé national 20%. «Les employés de Sen’Eau se retrouvent avec 8% du capital social. Les 3% étant répartis de manière égale entre ceux de la Sones et de l’Onas», souligne le ministre. Une situation qui ne devrait pas conduire à une hausse du prix de l’eau. «Je voudrais que nos compatriotes soient rassurés. Le prix de l’eau à l’usager ne connaîtra pas de hausse le 1er janvier 2020», tranche-t-il. Pour sa part, la directrice de Sen’Eau a marqué son «total engagement» pour une production d’eau potable de qualité. «Avec les 1 200 collaborateurs, nous ferons l’excellence pour le Sénégal, la référence pour l’Afrique», s’est engagée Jany Arnal.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here