PARTAGER

Landing Savané rame à contre-courant de la majorité dans l’affaire Khalifa Sall. D’après le secrétaire général d’And jëf-Pads/Authentique, le député-maire de Dakar, en prison depuis près d’un an, ne devait jamais être arrêté. «J’ai dit lors d’une réunion de la majorité que ce n’était pas une bonne chose d’arrêter Khalifa Sall. Ce n’est pas parce qu’il n’a rien fait, mais parce que cela va être interprété comme un règlement de compte politique», a-t-il déclaré samedi lors d’une conférence de presse. A 73 ans, ce «vieux loup» – selon ses termes – allié du Président Macky Sall, prévient qu’«en politique, il ne faut pas armer un adversaire».
Et dans cette affaire de la gestion de la caisse d’avance de la Ville de Dakar, M. Savané est con­vain­cu qu’on a fait de la publicité à Khalifa Sall. «La démarche aurait pu être meilleure dans le traitement de ce dossier. Mais honnêtement, pour ce qui se passe là, je ne suis pas d’accord», soutient le 3ème vice-président du Haut conseil des collectivités territoriales (Hcct). Toutefois, le leader d’Aj/A refuse d’entrer dans le fond de ce dossier, «n’étant ni juge ni juriste», même si «personne n’ignore qu’il y a des problèmes dans cette question de caisse d’avance».
Par ailleurs, Landing Savané et ses camarades marquent leur «frustration», «indignation» et «colère» à cause de leur absence dans le gouvernement et à l’As­semblée nationale, «malgré la campagne active menée, l’engagement des camarades, la mobilisation de beaucoup de talents et énergies, la qualité de leur implication et leurs interventions dans la coalition Benno bokk yaakaar». Dans un communiqué, ils estiment que cette situation va au contraire «réveiller» le parti qui va mettre en place «une feuille de route collective d’autant que le compte à rebours de 2019 est engagé».
S’agissant des conclusions de l’audit du fichier électoral, Landing Savané relève des «incohérences» dans la démarche de l’opposition. «On ne peut pas accepter l’expertise indépendante pour auditer le fichier et rejeter leurs conclusions. La bonne démarche était de récuser ces experts au début. Mais dès lors qu’on l’a accepté, il faut s’en tenir à ces conclusions», analyse le Sg d’Aj-Pads/Authentique, selon qui, avec le fichier actuel, «on peut aller à des élections».
bgdiop@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here