PARTAGER

Auteur d’un but lors de Japon-Sénégal, Moussa Wagué est devenu le plus jeune buteur africain de l’histoire de la Coupe du monde à 19 ans et 8 mois. Déjà crédité d’un bon match contre la Pologne, le latéral droit sénégalais de Kas Eupen, en Belgique, est en train de réussir son Mondial de la plus belle des manières.

D’aucuns n’ont pas hésité à mettre la main à la bouche en signe d’étonnement et de surprise à l’annonce du nom de Moussa Wagué dans le Onze de départ lors du premier match des Lions contre la Pologne. Un poste de latéral droit souvent occupé par son aîné Lamine Gassama. Un choix risqué du sélectionneur Aliou Cissé qui a préféré la jeunesse à l’expérience. Un choix osé voulu aussi par rapport aux qualités offensives du benjamin de la Tanière (il aura 20 ans en octobre prochain) qui s’en est finalement bien sorti face aux rugueux Polonais, malgré quelques soucis en phase défensive. Et c’est en toute logique que le défenseur du club belge de Kas Eupen sera reconduit contre le Japon. Là, Moussa Wagué va crever l’écran en s’offrant le 2e but sénégalais.

Wagué efface le Ghanéen Draman Haminu
Un but historique. En effet, le latéral droit des Lions ne le savait alors pas encore, mais ce 24 juin 2018, au Stade central d’Ekaterinbourg, à l’âge de 19 ans et 236 jours, il est devenu le plus jeune buteur africain de l’histoire de la Coupe du monde. Sa frappe surpuissante à la 71e minute lui a en effet permis d’effacer des tablettes le Ghanéen Draman Haminu, buteur face aux Etats-Unis en 2006, à l’âge de 20 ans.

«Je suis en train de vivre un rêve…»
«Franchement, c’était un énorme plaisir pour moi de marquer mon premier but en Coupe du monde et pour mon pays, lâche Moussa Wagué, timidement. J’ai d’abord pensé à mes deux parents qui sont vraiment très contents pour moi et à tout le Peuple sénégalais.» Moussa Wagué, qui ne compte qu’une douzaine de sélections en Equipe du Sénégal, est revenu sur son statut de titulaire surprise contre la Pologne. «Déjà, participer à une Coupe du monde en étant si jeune, c’est un rêve pour moi, explique Wagué. Et, en plus, être titulaire, c’est vraiment énorme… Je suis en train de vivre un rêve.»

Les témoignages de Sadio et Alfred
Sadio Mané, le joueur-vedette des Lions, lui aussi buteur face au Japon, jette un regard bienveillant sur son cadet. «C’est un très bon joueur et il fait du bien à l’équipe, assure le milieu offensif. Tant mieux pour nous et pour lui. On va en tout cas essayer de l’aider encore plus pour qu’il soit au top.» Même son de cloche du côté du milieu défensif, Alfred Ndiaye : «Je suis très content pour lui. Il n’a même pas 20 ans et il marque en Coupe du monde ! C’est une très bonne chose pour lui. C’est un joueur travailleur. Il mérite ce qui lui arrive. Il faut qu’il continue comme ça. Il n’en est qu’au début de sa carrière. J’espère qu’il pourra aller très loin.»

«Tout est allé très vite… »
Pas totalement à son aise face à la Pologne puis face au Japon, le natif de Bignona sait qu’il a encore beaucoup de travail à fournir. Mais il se souvient aussi du chemin parcouru depuis son passage par l’Académie Aspire, fondée par le Qatar. «Quand j’étais à Aspire, j’imaginais des choses mais je ne pensais pas que ça allait se passer comme ça. Tout est allé très vite… Je remercie d’ailleurs Aspire et mon école de football à Bignona.»

Retrouvailles avec le jeune portier nigérian, un ancien de Aspire
Moussa Wagué poursuit donc sa belle ascension après avoir fini 4e de la Coupe du monde des moins de 20 ans en 2015… Un sort enviable durant cette Coupe du monde 2018 qu’il partage avec son ex-camarade de promotion à Aspire, le gardien de but nigérian, Francis Uzoho, lui aussi titulaire, avec les Super Eagles. «Ça fait très plaisir de le voir jouer, comme moi. On s’appelle tout le temps pour s’encourager. C’est une surprise pour lui aussi et je suis très content pour lui.» Comme quoi, chez le jeune «Mouss», le talent n’a pas attendu le nombre des années…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here