PARTAGER

«Je n’ai rien d’autre à offrir que du sang, des larmes et de la sueur.» Ainsi parlait Sir Winston Churchill à la Grande Bretagne à la veille de la seconde Guerre mondiale quand il en devint le Premier ministre dans des circonstances exceptionnelles. Il réussit avec son discours de vérité à fouetter l’orgueil de ce grand Peuple, à le mobiliser pour gagner cette grande guerre. Le Président Macky Sall devrait d’ores et déjà dire aux Sénégalais que la bataille économique de l’après-Covid-19 sera aussi dure, sinon plus dure que la bataille contre le Covid-19 et qu’il n’aura à offrir que de la sueur, énormément de sueur si on veut respecter le rendez-vous de l’émergence en 2035, car le «temps et la marais» n’attendent personne, comme on dit au pays de Churchill.
Nous gagnerons la bataille contre le Covid-19. C’est évident. Est-ce que c’est une question de semaines ou de mois ? C’est tout ce qu’on ne sait pas. C’est pourquoi il faut se préparer à l’après-Covid-19 parce que, soit le virus disparaît soit il va rester un encombrant «hôte étranger qui vit parmi nous». Il n’y a pas de troisième voie. Mais quel que soit le cas, il faut que l’économie redémarre pour la simple raison que nous n’avons pas le choix. Les prochains mois vont être très durs. Macky Sall a été chef de guerre contre le Covid-19, il faut qu’il le reste dans la deuxième phase économique de la guerre. Churchill a été un grand chef de guerre. Avec ténacité, détermination et bravoure, il est parti d’une situation désespérée, a su redonner confiance à un pays à genoux, l’a relevé et l’a mené à une victoire éclatante. C’est une des rares fois où un homme seul a su changer le cours de l’histoire. Churchill savait parler aux généraux et amiraux, mais avait montré toutes ses limites en économie lors d’un précédent passage au gouvernement comme chancelier de l’Echiquier. Son passage à la tête des finances fut tellement catastrophique que Keynes prit sa plume pour attirer l’attention du pays sur les «conséquences économiques de M. Churchill». Dès la fin de la guerre, les Anglais qui savaient tout de Churchill choisirent de le renvoyer dans l’opposition après l’avoir porté au pinacle de la gloire.
Le Président Macky Sall, contrairement à Churchill et ses limites économiques, a consacré l’essentiel de son énergie à l’émergence, dont la marche en fast track subit un coup de frein brusque avec l’obstacle Covid-19. C’est après le Covid-19 que le fast track aura tout son sens, parce qu’on saura si le président de la République est en mesure de profiter d’une situation exceptionnelle (comme Churchill à la veille de la guerre) pour mobiliser l’énergie des Anglais en leur vendant l’espérance (la victoire finale, objectif clairement défini), car comme dit Napoléon, «les grands chefs sont des marchands d’espérance». Le pays a besoin d’espérance. Il urge, alternativement à la communication quotidienne sur le nombre de cas, le nombre de guéris et le nombre de morts, de «vendre» au pays une autre espérance, un futur à côté de ce présent sinistre. L’histoire a toujours montré que dans une situation exceptionnelle, si les chefs sont exemplaires, le Peuple suit. Avec le Covid-19 et surtout l’après, Macky Sall a une situation exceptionnelle. Est-ce qu’il va être le Churchill de 1939 ou de 1945, ou celui dépassé par la crise économique, nous le serons dans les jours qui viennent. La bataille de la reprise économique commence maintenant. Et c’est une guerre structurelle dont dépend notre avenir, alors que la bataille contre le Covid-19, au fond, est conjoncturelle.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here