PARTAGER

L’Appel s’est ouvert hier à Cambérène et Ngor. Mamadou Lamine Laye a rappelé pourquoi Seydina Limamou Laye incarne le retour du prophète Mohamed (Psl).

Cela dure depuis 139 ans. Pour les Layènes, l‘Appel de Seydina Limamou Laye est un moment de recueillement, de prières, de solidarité…. A Cambérène hier, c’était le jour du Seigneur exalté par les fidèles, qui respirent à pleins poumons la brise marine, qui propage l’air frais en cette matinée. Chez les Layènes, le décor ne change jamais. Le magma humain, qui s’étend à l’infini, est magnifié par la blancheur des habits. Agglutinés sur le sable fin, devant le mausolée de Seydina Issa Laye, premier khalife du «mahdi», les «Layènes» sont en quête piété et de félicité. Impitoyable, l’océan fait jaillir des vagues qui lèchent les gravats, résidus des travaux du prolongement de la Vdn. La puissance corrosive des rayons solaires est atténuée par les tentes qui décorent l’aire.
Debout devant la foule, Mamadou Lamine Laye est aux anges. Il en profite pour rappeler que son grand père est réellement l’incarnation du retour du prophète Mohamed (Psl). Chiffres à l’appui, il cite : «Le Sénégal vient de fêter ses 59 ans d’indépendance en cette année 2019. Seydina Limamou a quitté ce monde en 1909. Son fils Seydina Issa a été son premier khalife jusqu’en 1949. Certains avaient prédit la disparition de notre communauté. Si on additionne les 66 ans de Seydina Limamou et les 73 ans de Seydina Issa, cela fait 139. C’est cette édition de 2019, Layène ne disparaitra jamais.» Le porte-parole des Layènes y voit des signes. Son sermon est entrecoupé par les intermèdes de Ibrahima Ndiongue dit Gazou. Gérant d’un site, animateur religieux et responsable Apr, Gazou préfère le temps de l’Appel être confondu à sa seconde fonction. Avec sa passion doublée d’un fanatisme jamais égalé, il transperce les cœurs par sa propension à donner le tempo.

Mahdi
Ces incursions ne laissent pas indifférents Maimouna Ndoye Seck et Moussa Sy. Le temps pour Mamadou Lamine d’enchainer : «Vincent Monteil, ancien directeur de l’Ifan dans son ouvrage ‘’Esquisse sénégalaise’’. Il y a un chapitre intitulé Le rêve des mahdis. Il a dit ; ‘’En Afrique, les cas de mahdi sont constants et nombreux. On en signale au Nigeria comme en Afrique orientale, en Guinée portugaise comme au Sénégal. Le plus connu de tous, le fameux Mahdi soudanais, Mohamed Ahmed Ben Abdallah (1843-1885). Il passe à l’action en 1881 après avoir diffusé des lettres et proclamations. Ce fameux mahdi est tué en 1985, soit 4 ans après son appel. Son successeur Khalifa Abdallah fut vaincu et tué en 1898 devant Khartoum.» Comme un seul homme et conquis par cette ferveur et cet Appel, le peuple blanc adhère au prêche par des murmures d’approbation. «Limamou s’est autoproclamé mahdi 26 ans durant, avant de donner le relais à son fils Seydina Issa Laye qui a continué son appel pendant 40 ans. L’addition de 26 et 40 fait 66. C’est le nombre d’années que Limamou a vécu», a ajouté Mamadou Lamine Laye.
Selon le marabout, «Jésus disait que de faux prophètes surgiront nombreux et abuseront bien des gens». Pendant ce temps, l’Appel de Seydina Limamou Laye en est à son 139ème anniversaire. Axé sous le thème de «la cohésion sociale, fondement de la paix et de la prospérité», l’Appel s’est poursuivi à Ngor durant l’après-midi. L’évènement proprement dit sera célébré aujourd’hui entre 11h et 13h à Yoff devant le mausolée Seydina Limamou Laye de Diamalaye. La cérémonie officielle de clôture est prévue à 17h. Avec ministre sortant de l’Intérieur, Aly Ngouille Ndiaye, comme représentant du… gouvernement.
bgdiop@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here