PARTAGER

L’exploit n’a pas eu lieu. Génération Foot a été éliminée par Horoya Ac de la phase de poules de la Ligue africaine des champions. Les jeunes Sénégalais, par manque d’arguments tactiques et offensifs, n’ont pu refaire leur retard pour avoir été battus (0-2, aller 2-1) à domicile par les Guinéens. Le manque d’expérience est passé par-là…

«Nous avons travaillé pour revenir, mais la barre était très haute compte tenu notamment de la qualité de l’adversaire.» Ces propos du coach de Génération Foot, Olivier Perrin, à la fin du match, sonnent comme un aveu d’impuissance et viennent confirmer les difficultés rencontrées par ses jeunes joueurs face à une équipe du Horoya Ac plus expérimentée, ayant plus de métier et rompue à la tâche.

Des Sénégalais crispés et gênés tactiquement
D’ailleurs, c’est dès la première mi-temps que la différence d’approche s’est faite. Ayant opté pour un pressing haut et bénéficiant du vent, les hommes de Victor Zvunka ont beaucoup gêné les coéquipiers du capitaine Sidy Bara Diop assez crispés. Bien en place tactiquement et mettant plus d’intensité dans le jeu à travers des duels gagnants, ils vont ouvrir le score à la 27e minute suite à un penalty (assez discutable) sur une faute de main en pleine surface d’un défenseur de Génération Foot.
Chargé de l’exécution, Daouda Camara ne laisse aucune chance au portier sénégalais Mohamed Niaré. Du coup, la mission devenait beaucoup plus compliquée pour les champions du Sénégal qui avaient des problèmes pour sortir de leur zone à cause du bloc assez haut mis en place par les Guinéens.
De retour des vestiaires, la donne va changer avec des Sénégalais beaucoup plus entreprenants, mais qui ne faisaient pas le bon choix dans le dernier tiers. L’option de vouloir vaille que vaille passer par l’axe, au détriment des côtés, facilitait le travail de récupération des Guinéens, à l’image de leur intraitable milieu défensif, Abdoulaye Camara, qui récupérait presque toutes les balles.
Mais au-delà de ce manque d’arguments tactiques, il y a aussi une impuissance offensive notée au sein de l’attaque de Génération Foot. Une situation qui s’explique, selon Olivier Perrin, par le fait que son équipe comptait «des blessés». «Yankuba Jarju, notre attaquant, et Ismaïla Simpara, le défenseur central, ont été obligés de jouer sous infiltration», révèle-t-il. Cela faisait beaucoup face à un adversaire plus expérimenté. Et ce n’est pas la domination stérile des Sénégalais qui va arranger les choses avec des actions où on confondait vitesse et précipitation.
Et ce qui devait arriver arriva. A force de ne pouvoir égaliser, les champions du Sénégal vont se faire surprendre à nouveau en fin de match (89e mn) par Brefo Mensah qui ne se fait pas prier pour tuer le match. La messe était dite : Génération Foot ne va réussir l’exploit de jouer la phase de poules de la Ligue africaine des champions.

Mauvaise qualité de la pelouse : Perrin accuse la lutte
Nostalgique de leur «jardin» de Déni Biram Ndao, le staff technique a déploré l’état de la pelouse du stade Senghor. «Sans chercher des excuses, la pelouse n’a pas aidé mes joueurs qui ont manqué de vivacité et qui ont du mal à réussir des passes. On ne peut pas imaginer jouer sur une pelouse où une semaine avant on a organisé un combat de lutte», a déploré Perrin.
Son collègue d’en face a, lui aussi, reconnu les difficultés rencontrées par l’équipe sénégalaise. «J’ai senti cette équipe moins à l’aise comparée au match aller», a analysé Victor Zvunka qui a réussi l’adage qui dit «jamais deux sans trois».
Les Guinéens vont donc jouer la phase de poules de la Ligue des champions au moment où les Académiciens seront reversés à la Coupe Caf. Un autre défi africain pour les jeunes Sénégalais…
hdiandy@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here