PARTAGER

L’équipe de Génération Foot défie cet après-midi au stade Lat Dior de Thiès le géant du football africain, le Zamalek d’Egypte, quintuple champion d’Afrique. C’est à l’occasion de la manche aller du deuxième et dernier tour des préliminaires de la Ligue africaine des Champions (Ldc).

L’équipe de Génération foot (Gf) est prête à affronter le géant égyptien, le Zamalek, aujourd’hui, au stade Lat Dior de Thiès, à l’occasion du second et dernier tour des préliminaires de la Ligue africaine des Champions (Ldc). Les Académiciens de Déni Biram Ndao comptent tenir tête au quintuple champion d’Afrique et détenteur de la Coupe de la Confédération africaine de football (Caf). Les Grenats affichent malgré tout une confiance et une certaine sérénité. Ils l’ont affirmé hier, lors de la conférence de presse d’avant-match des deux entraineurs. Selon le coach Djiby Fall, le club est «conscient» de la force du Zamalek, mais dit-t-il, ses joueurs «défendront carrément leurs chances» face à l’ogre égyptien. Il ajoute qu’ils se sont bien préparés pour ce match aller, et «joueront sans complexe». Aussi comptent-ils sur le soutien du public thiessois pour remporter ce match.
Le coach du Zamalek d’Egypte, Milutin Sredojevic, a, quant à lui, dit beaucoup de bien du football sénégalais. Pour lui, «le football sénégalais est l’un des plus stables en Afrique. C’est un grand pays sportif et les Sénégalais sont intéressés par le sport. Il a un top gestion, un top coach Aliou Cissé et un top leader Augustin Senghor». Pour dire, selon l’entraineur de l’ogre égyptien, «le Sénégal est un exemple sur la gestion du foot». La preuve, dit-il, «l’Equipe sénégalaise n’est pas arrivée à la finale de la Can par hasard. Il y a beaucoup de facteurs à respecter et elle l’a fait».
Concernant son adversaire, il dira : «C’est une équipe que je respecte beaucoup parce qu’elle a formé Sadio Mané, Diafra Sakho, Ismaïla Sarr et d’autres joueurs. C’est un challenge pour moi.»
Que des propos d’avant-match, a précisé Djiby Fall, qui voit tout cela comme une façon de jouer sur le mental de ses jeunes joueurs. Un piège dans lequel il ne compte nullement tombé. «C’est une bataille de l’état d’esprit et on ne se focalise pas sur cela. Ce qui est important pour nous c’est de connaitre l’adversaire. Et nous savons que le Zamalek est un grand d’Afrique de par le passé. Mais c’est un match de football qui va se jouer sur le terrain et qui va durer 90 mn plus le temps additionnel. On a fait une bonne préparation par rapport aux forces et faiblesses de l’adversaire.» Aussi, poursuit-il, «on a mis en place des stratégies. Et si nos joueurs sont à 100% et qu’ils s’appliquent, on va sortir largement victorieux de ce match».
S’agissant des nombreuses occasions ratées lors du match contre le club libérien Lprc Oilers, le 25 août dernier, il rassure : «Nous avons discuté avec les joueurs et on a travaillé aussi devant le but pour retrouver l’adresse. Et je pense sur les occasions qu’on va se créer demain (aujourd’hui) ils vont les mettre au fond.»
nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here