PARTAGER
Issa Sall, membre de la Cena

Le comité de suivi des recommandations de la mission d’audit du fichier électoral a dressé hier un bilan et informé l’opinion publique sur les résultats obtenus de l’application des recommandations formulées par l’équipe des auditeurs. Issa Sall et Cie ont relevé les points forts et les points faibles du fichier qui divise l’opposition et le pouvoir.

AAu moment où le fichier électoral divise pouvoir et opposition, le comité de suivi des recommandations de la mission d’audit a exposé hier son bilan face à la presse. Abordant le point de l’évaluation sur l’application des recommandations de la Direction de l’automatisation des fichiers (Daf), le président dudit comité a fait savoir que sur les 38 recommandations, 23 ont été étudiées tout en tenant en compte des délais d’exécution édictés par les auditeurs, mais aussi des exigences du calendrier électoral et des préoccupations des acteurs politiques. L’objectif principal, selon Issa Sall, membre de la Cena, c’est de veiller à la transparence dans les opérations d’enrôlement et d’établissement des listes électorales et surtout à la fiabilité du fichier électoral. Ainsi, il souligne que le comité a étudié «14 des 19 recommandations à appliquer à court terme, 7 sur 15 à moyen terme, et 3 sur 4 à long terme». Le comité de suivi a informé qu’après 6 mois de travaux, «les recommandations exécutées à 50% sont au nombre de 3, dont 2 sont considérées comme non pertinentes, alors que celles étudiées et qui ne sont pas exécutées sont au nombre de 5».

Lors de la restitution, les auditeurs avaient estimé le taux d’erreurs entre 1,241% et 1,989%. L’absence de mineurs, de doublons biométriques, de lieux de vote et bureaux de vote non référenciés sont les principaux points forts. Par contre, pour les points faibles, un total de 77 mille 589 mauvais enregistrements ont été notés, soit un taux de 1,241%. Le président du comité de suivi s’est félicité du «travail collectif» et du «bon déroulement des opérations». Issa Sall a également magnifié l’attitude des partis politiques et de la société civile qui, à son avis, ont fait montre d’un «esprit républicain» et salué leur préoccupation qui est de doter le pays du «meilleur fichier électoral». bseck@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here