PARTAGER

Les personnes âgées tirent la sonnette d’alarme. Dans un communiqué, le Conseil national des aînés du Sénégal (Cnas), qui a toujours attiré l’attention, regrette une réaction tardive des autorités dans leur prise en charge. «L’alerte des autorités pour la protection des aînés présente l’image d’un serpent poursuivi après son passage éclair. En vérité, il faut corriger l’injustice et réparer le préjudice causé aux aînés qui ont fondé la Nation et bâti la République», a déploré le président national du Cnas, Mame Birame Faye. En outre, ce dernier soutient que le programme de résilience des ménages a «exclu royalement» les personnes âgées qui gèrent plus de la moitié des foyers. Il rappelle que les présidents régionaux, départementaux et même communaux sont élus sous la supervision de l‘Administration territoriale, le Bureau exécutif national élu a été installé par le ministère de la Santé et de l’action sociale depuis janvier 2020. Ainsi, M. Faye demande la prise de mesures fortes, concertées avec les principaux concernés, ces groupes les plus vulnérables, en vue de «corriger l’injustice qui les confine dans le ghetto de l’oubli».
Lors de sa conférence de presse tenue le vendredi et portant sur le rétablissement de certaines mesures restrictives, le ministre de l’Intérieur avait annoncé que «les jeunes constituent des vecteurs de transmission du virus aux personnes âgées et elles en meurent».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here