PARTAGER

Les diplômés en arabe peinent à sortir de leur chômage, selon Souley­mane Gadiaga. Le coordonnateur des arabisants de l’Apr interpelle ainsi le chef de l’Etat et lui rappelle ses promesses pour ce secteur.

Ça ne vient pas toujours d’un responsable du parti au pouvoir. C’est, en effet, par une lettre ouverte que Souleymane Gadiaga interpelle le président de la République sur l’enseignement arabe au Sénégal. «Vous nous aviez dit en 2015 : «Mon ambition est de faire de l’enseignement arabo-islamique, non pas un enseignement à part, mais une partie moderne intégrante du système éducatif, du préscolaire à l’élémentaire jusqu’au supérieur.» Ces phrases avaient suscité un immense espoir de sortir d’une longue période de marginalisation et de souffrance», rappelle le Coordonnateur national du Mouvement national des arabisants républicains (Mnar). Aujourd’hui, constate-t-il, malgré la création du baccalauréat arabo-islamique en 2013, la situation «continue de préoccuper tous ceux qui sont dans le secteur». Cette situation «peu enviable» de l’enseignement arabe fait que l’avenir de ceux qui apprennent cette langue n’est pas garanti. M. Gadiaga souligne que les écoles privées comme publiques, instituts, universités arabo-islamiques de l’intérieur comme de l’extérieur libèrent chaque année un «nombre considérable de diplômés majoritairement sans aucune formation professionnelle, qui ne cesse d’augmenter d’année en année». Le coordonnateur des arabisants du parti présidentiel regrette que la plupart d’entre eux soient des «laissés-pour-compte», «leur seule possibilité d’emploi dans la fonction publique, étant dans l’enseignement». Et M. Gadiaga ne cache pas ses inquiétudes : «Faute de formation, ces jeunes deviennent la proie de toutes sortes de déviation. Certains d’entre eux, faute d’arguments, se retrouvent  dans une situation d’errance culturelle et sociale. Si d’aucuns se prennent en charge dans le secteur informel, d’autres sont pris dans les affres du charlatanisme, du wahhabisme et des groupuscules religieux déviants.»

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here