PARTAGER

La Cité du Rail était la première étape d’une tournée d’échanges et de partage avec les jeunes, sur les enjeux de la bonne gouvernance, organisée par le ministère de la Bonne gouvernance  et de la protection de l’enfance. Hier, en marge de ladite journée, le directeur de la Protection de l’enfance, Alioune Sarr, s’est prononcé sur le drame de Yeumbeul et sur le phénomène des rapts d’enfants en vogue au Sénégal.

Le drame qui s’est produit, ce vendredi, à Yeumbeul Nord, avec la violence exercée sur deux enfants, s’est invité hier à la journée d’échanges et de partage des jeunes sur les enjeux de la bonne gouvernance. Le directeur de la Protection de l’enfance, Alioune Sarr, qui a présidé la rencontre, a signalé que «c’est un cas qui interpelle toute la Nation. Nous le suivons comme nous suivons les autres cas. Car ce sont des pratiques qui ne sont pas de ce pays. Et même si elles sont opérées par des Sénégalais, il faudrait que l’on puisse comprendre que nous n’avons pas cette culture de violence sur les enfants. Et l’Etat du Sénégal a pris cette question à juste mesure». Pour dire, selon M. Sarr, que «toutes les mesures sont en train d’être prises à tous les niveaux».
Il renseigne sur le phénomène des rapts d’enfants que «tous les ministères sectoriels sont interrogés et impliqués dans la traque aux malfaiteurs. Nous avons, au niveau du ministère de la Bonne gouvernance et de la protection de l’enfant, initié une batterie d’interventions. Et nous sommes aujourd’hui en pole position  pour mener ce combat, mais nous intervenons  surtout au niveau de la prévention parce qu’il s’agit d’une chaîne. Il faudrait qu’à tous les niveaux les gens prennent leurs responsabilités». Et à son avis, «le premier environnement sécuritaire pour l’enfant c’est la famille. Il faudrait que le message soit porté. On ne peut laisser de côté son enfant de 2 ans ou 4 ans  et rester longtemps sans le voir. Pour dire que le cas de Yeumbeul tout comme celui enregistré récemment à Thiès partent d’une négligence. La négligence est souvent le lit de toutes ces horreurs». Aussi, et dira Alioune Sarr, «pour  ce qui concerne le ministère, il y a une phase de sécurisation des enfants qui a démarré dans un total respect des droits des enfants. Dans cette stratégie on respecte la dignité de l’enfant».
nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here