PARTAGER

En l’état actuel du Code électoral, cinq citoyens qui créent un parti politique peuvent déposer une candidature à la Présidentielle au moment où 9 999 citoyens qui signent pour un indépendant se voient opposer la limite nécessaire de 10 mille signatures légales. En vérité, le projet de loi sur le parrainage citoyen est une justice citoyenne dont certains partis privilégiés ne veulent pas. Ils veulent sans doute le statu quo pour, à la veille des élections, organiser une sorte de foire aux récépissés à des fins mercantilistes. Il n’y a pas que ces partis dans le front minoritaire du non au parrainage. Il y a aussi les nihilistes de tous bords, partisans du blocage.
En démocratie, il est normal d’avoir des opinions divergentes et acceptables tant que les digues ne cèdent pas. Depuis quelque temps hélas, nous assistons dans des sphères insoupçonnées au Sénégal à un discours politique violent, surprenant, venant de personnalités dont la position sociale devrait pousser à rester dans le débat d’idées plus que de personnes. La violence de ce discours verse de plus en plus dans des considérations plus proches de la méchanceté envers celui que Dieu a choisi à la tête du pays que d’une lucidité à toute épreuve. Le Sénégal ne mérite pas cela.
Ces mots sortant de bouches en flamme semblent honnir le chef de l’Etat jusqu’à nier sa position actuelle qui relève à la fois d’une volonté divine et d’un choix libre des Sénégalais. Ceux qui dénient l’intelligence politique du chef de l’Etat prennent leurs rêves pour la réalité. Comment sous-estimer quelqu’un qui, depuis six ans, a gagné haut la main les six élections organisées au Sénégal, à savoir la Présidentielle et les Législatives de 2012, les Locales de 2014, les joutes des hauts conseillers des Collectivités territoriales et le Référendum de 2016 et enfin les Législatives de 2017. Minimiser la stature politique du Président Macky vainqueur est comme vouloir se cacher derrière son petit doigt. Sans doute les nihilistes le font pour évacuer leur ressenti. Ils oublient simplement que la haine n’est pas un programme politique.
Ces opposants charriant la haine vont jusqu’à douter des capacités du chef de l’Etat, faisant fi du bilan qui a déjà permis de régler la question énergétique avec même, cerise sur le gâteau, des champs solaires qui fleurissent. Ces opposants crypto-personnels savent par exemple qu’entre 2012 et 2017, la production de pomme de terre a été multipliée par dix, le riz par deux, l’ognon par 0,71. Ils savent, ces aigris, que le Président Macky est en passe de réaliser près de 200 km d’autoroute supplémentaires d’ici fin 2018 et que le train express régional sera là, sans compter les quinze ministères à délocaliser bientôt à Diamniadio. Ils savent, ces nihilistes malheureux, que l’électrification rurale a permis de doubler le nombre de villages électrifiés entre 2012 et 2017, sans compter les prouesses du Pudc et du Puma en milieu rural. Ils savent que nous serons au Mondial en juin 2018 et que l’arène nationale et le stade de Diamniadio sont déjà là. Ils savent que de plus en plus la femme rurale a de l’eau, de l’énergie et des machines de transformation. Ils savent que nous avons en six ans doublé les équipements de nos forces de sécurité. Ils savent que la baraka nous a donné du pétrole et du gaz avec coïncidence, un chef d’Etat spécialiste des questions pétrolières. Ils savent et ne savent pas que seul Dieu sait les meilleurs d’entre nous. Dieu, le détenteur du sceau des destins humains que chacun d’entre nous doit comprendre sans aucune prétention à commencer par ceux-là ayant une double station spirituelle et temporelle. L’élégance est possible en politique à condition de rester calme et pondéré en toute circonstance. Dieu est le seul à nous connaître en dehors et en dedans. Qu’Il nous donne un cœur juste et joyeux vis-à-vis des hommes ! Juste une référence aux faits et rien qu’aux faits ! Joyeux, une attitude enrobée de dignité et de pondération sereine loin du mépris prétentieux d’autrui, surtout vis-à-vis de celui que Dieu a mis devant.
La chose que le Président Macky Sall n’a pas pu vraiment faire en six ans, c’est de trouver un médicament contre la haine et la prétention. La haine ? Oui cette chose bizarre dont Dantès Bellegarde disait qu’elle «n’a jamais rien créé». Le Président Macky répondra avec le suffrage des citoyens qui savent résister en silence, sans suer, à la gratuite et aveugle méchanceté ambiante qui oublie que le Peuple sénégalais est globalement contre la haine.
Mamadou NDIONE
Économiste Écrivain
Conseiller départemental à Mbour
Responsable politique Apr Diass

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here