PARTAGER

Les organisateurs du Festival international de jazz de Saint-Louis ont fait observer une minute de silence en hommage au bassiste sénégalais Habib Faye jeudi soir, à l’ouverture officielle de la 26e édition prévue pour se dérouler jusqu’au 1er mai prochain.
«Une minute de silence pour ces grosses pointures qui ont tout donné non seulement à la culture, mais particulièrement à Saint-Louis jazz», parmi lesquelles Habib Faye, décédé mercredi à Paris (France) des suites d’une maladie, a lancé à l’assistance le journaliste comédien Golbert Diagne, maître de cérémonie de l’ouverture de l’édition 2018 du Festival de jazz de Saint-Louis.
La manifestation se déroulait sur la Place Faidherbe, en présence du ministre de la Culture, Abdou Latif Coulibaly, de son homologue Mansour Faye (Hydraulique et assainissement), par ailleurs maire de Saint-Louis et du gouverneur Alioune Aïdara Niang.
Le Saint-Louis jazz «est fortement endeuillé», d’abord avec la disparition de Khabane Thiam, «grand musicien de jazz, membre fondateur de l’Association du festival jazz et de Saint-Louis Jazz Orchestra», a souligné Me Ibrahima Diop, président de l’Association Saint-Louis jazz, selon qui ce dernier a partagé plusieurs scènes «in» et «off» dudit festival avec «des musiciens de renom».
Il a ensuite évoqué «la perte en février dernier du violoniste orfèvre, le Français Didier Lockwood, arraché brutalement à l’affection des siens (…)» et qui «nourrissait une envie folle de venir jouer à Saint-Louis».
Un hommage a été ensuite rendu au grand bassiste Habib Faye qui sera inhumé samedi à Dakar après avoir rendu l’âme à Paris mercredi.
«En d’autres circonstances, cette ouverture ne serait pas tenue en raison de la personnalité et de la classe de Habib Faye. Il a partagé les scènes ‘’in’’ et ‘’off’’ du festival avec Ablaye Sissoko et développé avec lui le concept ‘’Autour de minuit’’ qui s’est régulièrement tenu à l’Institution français de Saint-Louis», a relevé Me Diop.
Le ministre de la Culture a tenu à son tour à rendre hommage au bassiste qui, «en dehors d’être un musicien qui a manié plusieurs instruments, était aussi un excellent compositeur et arrangeur».
Le koriste Ablaye Sissoko sera seul cette année sur la scène «off» du Festival de jazz de Saint-Louis. Le duo qu’il formait avec Habib Faye depuis l’année dernière devant présenter son album ; ce qui ne serait peut-être plus possible avec la disparition du bassiste.
Leur dernier concert commun remonte à mars dernier.
 Aps

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here