PARTAGER

Par B. DAVID – Le Haut conseil des collectivités territoriales (Hcct) a été installé lundi. Le Front pour la République du Sénégal (Fprs/And liggey) estime donc que cette nouvelle institution dirigée par Ousmane Tanor Dieng doit «veiller à ce que les transferts des compétences s’accompagnent vraiment de transferts financiers correspondants». Pour ce parti dirigé par Djibril Diop, «il s’agira aussi de faire du Hcct, un outil de travail susceptible de placer les collectivités territoriales au cœur de la solidarité par un système de mutualisation qui permettra de redistribuer une part des ressources d’une collectivité plus nantie à ses voisines plus défavorisées, afin d’éviter le creusement des fractures territoriales et des égoïsmes locaux». Le communiqué indique par ailleurs que compte tenu du rôle «fondamental» que l’institution  est amenée à jouer, «il ne doit pas être considéré comme un Sénat bis, mais comme un levier d’action pour le renforcement et la consolidation de la décentralisation». Ce qui suppose, selon le Fprs, de trouver une «nouvelle articulation entre politiques nationales et politiques locales sous-tendue par un nouveau pacte de confiance et de développement entre l’Etat et les collectivités territoriales».

bdavid@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here