PARTAGER

Le Groupe de recherche et d’appui pour la démocratie participative et la bonne gouvernance (Gradec) a fait hier le bilan de l’état d’enrôlement dans les commissions administratives. Ababacar Fall constate des améliorations, même s’il y a encore des difficultés.

Le Groupe de recherche et d’appui pour la démocratie participative et la bonne gouvernance (Gradec) a effectué des visites dans les commissions administratives de la région de Dakar. Cette organisation de la Société civile a noté dans le département 58 commissions administratives fonctionnelles. Alors que Pikine compte 20 commissions contre 7 à Guédiawaye et 13 à Rufisque. Selon le secrétaire général du Gradec, «34 commissions supplémentaires sont en cours de déploiement, ce qui devrait porter le nombre total de commissions dans la région de Dakar de 99 à 113». Ababacar Fall note, globalement, des «améliorations» dans le déroulement des opérations d’inscription pour l’obtention de la carte d’identité biométrique et d’électeur. Il souligne l’installation d’un logiciel sur les machines pour éviter qu’elles se plantent, la suppression du scanner du formulaire d’inscription et de recueil des données électorales qui ralentissaient les opérations et la mise en place de commissions mobiles dans certaines institutions. «Ces mesures de correction ainsi que la levée de l’équivoque sur la demande de configuration et la démultiplication des commissions suite à la rencontre du Président et l’opposition permettront de grandes avancées dans l’enrôlement», espère-t-il. A ce jour, M. Fall et son équipe constatent une moyenne  de 100 à 200 inscriptions par commission et par jour.
Cependant, le Gradec relève des «difficultés» liées, entre autres, à des arrêts récurrents de machines, à la lenteur de certains opérateurs, à l’absence de climatisation ou l’insuffisance de mobi­lier. «Des rapports ont été faits à la Daf et des solutions ont commencé à être apportées à tous ces problèmes», mentionne-t-il.
Les membres du Gradec comptent poursuivre la campagne dans les régions et estiment que si les tendances actuelles se maintiennent, l’objectif qui est d’avoir un fichier crédible de 4 millions d’électeurs «sera atteint, et même dépassé d’ici le 3 avril 2017». Pour ce faire, ils recommandent aux autorités de prendre «dans les meilleurs délais les actes légaux et règlements» relativement aux conclusions de la rencontre entre le Président et l’opposition. Il s’agit de l’inscription avec l’extrait de naissance et de la prise en compte des citoyens qui auront 18 ans révolus à la date des élections. Mais aussi, renforcer le dispositif à l’intérieur du pays en instituant dans chaque département des institutions qui sillonnent les communes. Sur le retard dans le retrait des cartes d’identité biométriques de la Cedeao et d’électeur, M. Fall assure que des milliers de cartes ont été produites, mais doivent être d’abord «triées et vérifiées avant d’être distribuées».
Stagiaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here