PARTAGER

Auteurs des trois buts sénégalais, Moussa Sow et Idrissa Gana Guèye ont survolé le match contre la Guinée Equatoriale (3-0). Si l’un a fait preuve d’opportunisme en signant un doublé, l’autre a régné dans l’entrejeu avant de clôturer la marque.

Après le nul (0-0) décevant face à l’Ouganda, Aliou Cissé et ses hommes étaient entendus au coin du bois par les férus de foot-spectacle.
A l’arrivée, même si des insuffisances ont été notées au niveau de l’animation du jeu, surtout en première période, la bande à Kara Mbodji a assuré l’essentiel en surclassant la Guinée Equatoriale 3-0. S’offrant du coup la tête du Groupe A dès la première journée des éliminatoires de la Can 2019. Mais il est vrai que les Lions ont tardé à prendre leur envol en dépit d’un scénario idéal, marqué par le but matinal de Moussa Sow dès les premières secondes.
Justement, arrêtons-nous sur l’avant-centre en pointe des Lions. Associé devant à Mame Biram Diouf, le «doyen» de la Tanière a encore fait parler son expérience et sa ruse. D’abord, sur le premier but où bien niché au deuxième poteau, il reprend de la tête un corner de Henri Saivet. Avant de faire le break en signant le deuxième but sénégalais dans une position assez difficile, à un quart d’heure de la fin.
A 2-0, la messe était dite à ce moment précis. Mais c’est comme si il était écrit que Idrissa Gana Guèye devait être récompensé suite à sa grosse prestation. Présent autant à la récupération qu’en phase offensive, l’ancien pensionnaire des Diambars va enfin trouver le chemin des filets. Et de quelle manière ! D’abord en touchant la base du poteau des buts adverses sur un plat du pied droit. Avant de terminer l’action en plongeant au deuxième poteau pour accompagner la balle (3-0). Un but plein d’opportunisme à l’image de son coéquipier en attaque, Moussa Sow, qui avait très tôt montré la voie.

Mame Biram n’y arrive toujours pas
Finalement, ces deux cadres de la Tanière auront plané sur la partie. Une partie à deux visages ; avec en première période une Equipe sénégalaise sans génie au niveau de l’animation. Avant que le coach ne se réajuste en deuxième mi-temps. Explications : «Gana et Saivet ont beaucoup couru, mais n’ont pas récupéré beaucoup de ballons. Il fallait changer de système et passer du 4-4-2 au 4-2-3-1, en décalant Mame Biram Diouf sur le côté droit et Pape Alioune sur le côté gauche avec Henri derrière eux. En deuxième mi-temps, je crois qu’on a très bien géré», se réjouit Aliou Cissé. Même s’il faut noter que Pape Alioune Ndiaye ne sait pas senti à l’aise dans ce côté gauche. Mais connaissant sa «grinta», l’ancien de Diambars a su s’adapter, aidé qu’il a été par la grosse activité de Adama Mbengue. Finalement, le coach a compris que le danger devait venir des côtés. Même si à droite on n’a pas eu le rendement escompté avec un Mame Biram Diouf qui n’y arrive toujours pas ; d’où la question qui revient au galop : pourquoi Aliou Cissé insiste sur un joueur qui doute ?

hdiandy@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here