PARTAGER

Lors de la visite de Macky Sall à Tivaouane, la presse avait relayé la sortie du Khalife général des Tidianes, qui lui prédisait un second mandat. Serigne Mbaye Sy Mansour s’en est pris aux journalistes, qui auraient déformé ses propos. Il reprécise sa pensée.

Par Ndèye Fatou NIANG (Correspondante)

Les commentaires, qui ont suivi la sortie du nouveau Khalife général des Tidianes, Serigne Mbaye Sy «Mansour», lors de la visite du chef de l’Etat dans la capitale de la Tidianiya, n’ont pas plu au guide religieux. Recevant hier, une délégation du Parti démocratique sénégalais (Pds), dirigée par Me Madické Niang, le marabout a soldé ses comptes avec la presse. Selon le successeur de Al Amine, ses propos sur «le deuxième mandat du président de la République ont été déformés par la presse, qui n’a exploité que la partie qui l’intéressait». Il reprécise sa pensée : «Mon amitié avec le Président Macky Sall date du temps où il buvait du kinkéliba.» Et de se retourner vers la presse pour recadrer : «Vous de la presse, je n’ai pas dit que le Président buvait du kinkéliba. Je donne simplement un exemple pour dire que nos relations remontent depuis les années de vaches maigres, bien avant qu’il ne devienne président de la République.» Avant de souligner : «Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit. Macky Sall est mon ami et lors de son séjour à Tivaouane, une personne a prié pour qu’il reste à la tête du pays durant 20 ans. Le Président Sall a ri et lui a répondu : «20 ans, c’est beaucoup.» Et moi, j’ai dit : «Si tu enlèves le ‘0’, il reste le chiffre ‘2’, une façon de m’appesantir sur le deuxième mandat.» Mais le lendemain, j’ai vu dans la presse un journaliste écrire : «Serigne Mbaye Sy Mansour prédit la victoire de Macky Sall en 2019.».» Et de s’étrangler : «Moi, je ne prédis pas, je ne peux que prier pour lui.» Le Khalife d’ajouter : «Le même scénario était arrivé sous le khalifat de Serigne Mansour Sy, qui avait dit à Diouf qu’il lui donnerait un ‘’deuxième tour’’. Et la presse en avait fait ses choux gras.» Et d’insister : «Que personne ne me fasse dire ce que je n’ai pas dit. Dites exactement ce que j’ai dit et intégralement. Il faut arrêter d’inventer et soyez plus responsables parce que vous faites partie de ceux qui construisent le pays. Mais si vous déformez les propos d’autrui, ça, ce n’est pas bien.» Pis, s’offusque le marabout, écœuré par la tournure prise par sa sortie : «Des Sénégalais en ont profité pour pousser le bouchon plus loin en disant que c’est parce que le Président Sall me donne des «enveloppes». Moi je suis rassasié depuis longtemps.» Il livre une dernière salve : «Quand il s’agit de vous de la presse, vous ne prenez jamais le temps, ne serait-ce qu’une semaine, pour faire votre propre introspection.» Il termine par souligner : «Je ne fais pas de la politique, je n’ai pas de parti et j’entretiens de bons rapports avec tout le monde, pouvoir comme opposition. Et je veux avoir la paix avec tout le monde parce que nous vivons dans le même pays.» Comme avec les Libé­raux, qui entretiennent des relations «amicales, sincères, empreintes de cordialité avec la famille maraboutique». Il les a appelés à accepter de dialoguer avec le pouvoir dans l’intérêt du pays. «Nous tous nous voulons que la paix règne dans ce pays», avance le khalife de Tivaouane.

nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here