PARTAGER

Sa Thiès de Double Less a battu hier Ness de Lansar dans un combat expéditif. Un beau cadeau d’anniversaire pour le jeune frère de l’ancien «Roi des Arènes», Balla Gaye 2, qui confirme ainsi les grandes attentes des amateurs à son endroit.

Sa Thiès s’est taillé la réputation d’un lutteur dont les victoires sont expéditives. Comptant un palmarès «élogieux» où on dénombre plus d’une dizaine de succès remportés à une vitesse supersonique, le fils de Double Less a fait honneur à son statut de «Roi des combats éclairs». Ce fut encore le cas hier au stade Demba Diop, en venant à bout de Ness de l’écurie Lansar, en moins d’une minute.
C’est pourtant son vis-à-vis qui a pris l’initiative du combat en tentant de le surprendre dès le coup de sifflet de l’arbitre. Ness place une attaque rapide en lançant une série de coups de poing. Il sera stoppé dans son élan par Sa Thiès qui parvient à déjouer sa tentative avant d’enchainer une rotation pour finalement réussir à le ceinturer.  Surpris par la rapidité d’exécution de son adversaire, la «Baleine» de Lansar se retrouve en mauvaise posture avec les deux mains au sol. Il ne reste plus au jeune champion de Guédiawaye de le projeter par terre. Juste un coup à la figure aura suffi pour lui faire lâcher prise. Les choses sont allées trop vite. Les supporters de Guédiawaye laissent éclater leur joie. Leur lutteur a pu éviter le syndrome de 2013 avec une première défaite contre Malick Niang de Yoff.
Analysant le combat, Oumar Diagne «Omez», préparateur physique de Sa Thiès, souligne que tout a été dans la vitesse d’exécution du fils de l’ancienne gloire de la lutte, Double Less. «Pour ce combat, Ness a perdu 17 kilos pour être plus léger. Il a voulu abréger le combat. Mais Sa Thiès a compris son jeu en ne lui concédant la moindre parcelle d’initiative. Et tout cela, dans la rapidité d’exécution. Il fallait être très rapide pour pouvoir surprendre de la sorte son adversaire», souligne le technicien. Un avis que partage l’entraîneur de Fass, Ibra Mbaye : «Sa Thiès s’est montré beaucoup plus rapide que son vis-à-vis.» «A chaque fois que Ness effectuait un pas, Sa Thiès avait fini d’en faire deux. C’est la rapidité dans l’enchainement des actions qui a fini par payer.»

Sa Thiès prêt pour Boy Niang 2
Si son adversaire poursuit sa série de victoires, Ness s’enfonce davantage en ne parvenant pas à éviter le syndrome de 2013. Battu par un autre lutteur de Guédiawaye, le lutteur de Lansar n’a pu relancer sa carrière trois ans après sa dernière sortie dans l’arène. Et son long séjour aux Etats-Unis aura été un handicap. A en croire, Oumar Diagne «Omez», le manque de compétition de Ness s’est fait sentir.
Décriant la manière avec laquelle le lutteur de Lansar a abordé le combat, l’ancien technicien de Baol Mbollo juge qu’il ne devait pas se lancer à corps perdu dans ce combat. «Ness n’avait rien à perdre s’il avait attendu son adversaire. Il devait opter pour un combat à l’usure, en faisant des déplacements à gauche et à droite pour espérer faire douter Sa Thiès», note-t-il.
Encouragé par son grand frère, Balla Gaye 2, à ses côtés malgré l’interdiction du Cng sur le soutien d’un lutteur à autre dont il ne partage pas la même écurie, Sa Thiès n’avait pas droit à l’erreur. Parmi les espoirs de l’arène, il se dit prêt à affronter Boy Niang 2, plutôt emballé par un combat contre Balla Gaye 2.  Ce dernier a donné son aval pour que son jeune frère croise le champion de Pikine, vainqueur tout dernièrement de Gouy Gui.

ambodji@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here