PARTAGER

Répondant à ses détracteurs qui s’offusquaient de son passage au mur des lamentations, le ministre des Affaires étrangères déclare avoir été en mission en Israël pour le compte de l’Etat et au service de la Nation.

A Tambacounda pour prendre part à la fête de la Korité aux côtés des siens, Le ministre des Affaires étrangères a réagi aux attaques dont il a été l’objet à la suite de sa visite au mur des lamentations à Jérusalem. Sidiki Kaba a tenu à répondre à ses détracteurs qui ont cherché à nuire à sa réputation et à sa foi. Il se veut clair et formel. «Nul ne peut remettre en question que le ministre Sidiki Kaba est un musulman», fulmine-t-il. «Mon père a mené partout dans la contrée la religion et avait un daara vieux de plus de 90 ans où beaucoup de gens se sont formés. La piété, c’est une affaire personnelle. C’est ensuite que nous l’appliquons parce que nous sommes des croyants», lâche le ministre comme pour dire que les aigris peuvent continuer dans leurs spéculations.
Il indiquera que «les missions d’Etat obéissent à la définition de la politique étrangère du président de la République et non pas des missions personnelles. Que nous soyons à Jérusalem ou partout ailleurs dans le monde, martèle Sidiki Kaba, nous répondrons aux missions d’Etat qui sont des missions au service de la Nation». A ses détracteurs, il lance : «Je ne vous dirai jamais pourquoi la mission a été voulue par le Président. La diplomatie ne se fait pas sur la place publique.» Et Sidiki Kaba de décocher ses flèches : «Que ceux qui voudront en percer les mystères (le voyage en Israël) se ressaisissent et sachent qu’ils n’en sauront absolument rien !» Il conclut sur cette affaire en réitérant sa volonté de représenter partout dans le monde le Sénégal pour défendre ses intérêts «avec engagement et abnégation».
Par ailleurs, il prie pour la paix dans le pays, la sous-région et le monde, pour un bon hivernage, mais surtout pour que le Président Macky Sall, son candidat pour les joutes électorales à venir et «qui a un bilan très élogieux, puisse obtenir un second mandat afin de continuer le travail qu’il a entamé en faveur du pays et de ses habitants». «C’est un homme ouvert, un homme de dialogue qui vient d’organiser des concertations nationales auxquelles toutes les sensibilités religieuses, sociales, politiques, entre autres, ont pris part. C’est un signal fort d’une volonté de tout faire pour que les Sénégalais puissent, ensemble et de manière concertée, discuter et préparer leur avenir», se réjouit le ministre des Affaires étrangères.
afall@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here