PARTAGER
Ousmane Sonko, leader du Pastef

Le ministre de l’Intérieur n’a pas trouvé mieux que de brandir une menace de dissolution à l’encontre du Pastef. C’est le regret exprimé par le Mrds, le Rnd et Yoonu askan wi après le communiqué de Antoine Félix Diome qui fait suite à la «campagne internationale de levée de fonds» baptisée «Nem­meeku tour» du parti de Ousmane Sonko. Le ministre estime, en effet, que cette collecte de «subsides de l’étranger ou d’étrangers établis au Sénégal» n’est pas conforme à la loi relative au financement des partis politiques. Mais dans un communiqué conjoint, Mohamet Sall, Dialo Diop et Madièye Mbodj considèrent que Antoine Diome «inaugure bien mal et son magistère et l’année 2021». «Depuis combien d’années les Sénégalais n’avaient plus entendu les autorités agiter le spectre de la dissolution de partis politiques, tirant ainsi de plusieurs dizaines d’années en arrière la construction de la démocratie dans notre pays ? Au lieu de jouer au Don Quichotte, Monsieur Diome aurait mieux fait de chercher à identifier les prédateurs qui pillent nos richesses nationales, y compris nos diverses ressources naturelles. Depuis quand les partis politiques du Sénégal n’ont plus le droit de solliciter leurs compatriotes pour des levées de fonds ? Depuis quand les Sénégalais de l’extérieur seraient des étrangers au Sénégal ? Depuis quand la diaspora a cessé d’être considérée comme la 6ème région du continent africain ?», s’étonnent ces opposants. Sall, Diop et Mbodj constatent, avec cette réaction, que «la panique a commencé à s’installer dans le camp du pouvoir au point de lui faire perdre la lucidité».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here