PARTAGER

Voilà un an que le président Ousmane Tanor Dieng nous a quittés. Il laisse derrière lui, une famille, des amis, des camarades, des collaborateurs et des connaissances dans l’émoi. Il a laissé à la postérité, le souvenir impérissable d’un homme qui aura marqué son époque, par ses qualités exceptionnelles qui forcent l’admiration et le respect.
Le Parti socialiste est certes orphelin, mais il a pris l’engagement de perpétuer le legs de notre défunt Secrétaire général, comme il l’a fait pour les Présidents Senghor et Diouf.
Sous la direction de notre camarade, la présidente Aminata Mbengue Ndiaye, actuelle Secrétaire générale, le Parti continue à tenir haut le flambeau.
Le Parti a rendu un vibrant et éclatant hommage à Ousmane Tanor Dieng, au mois de février dernier. Avant cet évènement, les socialistes ont commémoré comme chaque année la journée du souvenir, pour fêter le Président Senghor. A cette occasion, un panel a été organisé sous la direction de la Présidente Aminata Mbengue Ndiaye, avec la participation d’éminentes personnalités du monde universitaire et de la culture, telles que les professeurs Mbaye Thiam et Amadou Ly d’une part, et de monsieur Badiane, ancien haut fonctionnaire au ministère de la Culture, d’autre part. C’était un moment très fort de bouillonnement intellectuel !
Cependant, le temps de faire son deuil avec la perte cruelle du président Ousmane Tanor Dieng, la pandémie du Covid-19 fait son apparition, avec les conséquences qui en découlent. Nonobstant les contraintes liées à la pandémie, les Socialistes ont continué à dérouler leurs activités. C’est ainsi que les jeunesses de Dakar, les cadres de Vision Socialiste, ont initié plusieurs visio-conférences.
Sur le plan de la mobilisation politique de ses militants, aucun parti ne fait mieux que le Parti socialiste. Au demeurant, c’est l’un des rares partis à convoquer ses instances régulières. Chaque année, le Parti organise son université d’été. Depuis deux ans, cela n’a pas été le cas, avec la disparition du président Ousmane Tanor Dieng, et la pandémie qui s’en est suivie.
Alors, quand notre camarade «virtuel», Pierre Sané, dans une interview parue récemment dans la presse, ose dire que le Parti socialiste est épuisé politiquement et intellectuellement, depuis la disparition de Tanor, nous pensons qu’il a raté une belle occasion de se taire et de se terrer. En effet, de retour après une longue période d’absence, il a choisi librement de militer au Parti socialiste, certainement compte tenu de nos principes et valeurs qui demeurent intangibles. Pierre Sané est un camarade qu’on peut qualifier de «virtuel», si l’on se réfère à ses présences aux réunions des instances du parti ou à son apport intellectuel dans les orientations idéologiques et politiques du Parti. Il n’a assisté que deux ou trois fois à des réunions des instances du Parti, sur une période de cinq ans. Sa contribution sur le plan intellectuel pour faire avancer le Parti, n’en parlons pas, il n’en a fait aucune !
Par ailleurs, le Parti Socialiste assume pleinement et sans état d’âme, le bilan de Bby et les positions prises par cette coalition, dont nous sommes membre fondateur !
Sans perdre notre âme et notre personnalité, fondées sur le socialisme démocratique, nous continuerons à soutenir le Président Macky Sall. Il y va de la responsabilité historique du Parti socialiste.
Pr. Serigne
Ousmane BEYE
Secrétaire national chargé des études et de la prospective,
Président de la commission scientifique du Parti Socialiste

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here