PARTAGER

Un puissant message à la Nation. Un discours de la méthode. Des éléments de bilan et des pépites de perspectives. L’adresse pour le Nouvel an du président de la République Macky Sall a été consacrée à la situation «particulièrement éprouvante» vécue durant l’année 2020 «en raison des impacts sévères de la pandémie Covid-19» avec son lot de personnes et de personnalités arrachées à notre affection.
Il ressort, en filigrane et en relief du puissant message du Président Macky Sall, des indications et des arrêts sur texte illustrant combien la crise sanitaire qui a secoué le monde entier a soudainement ébranlé nos existences quotidiennes, dans nos familles, nos établissements scolaires, universitaires et de santé. Dans sa traînée de poudre macabre, la crise de la pandémie Covid-19 a également favorisé le lourd tribut humain payé par des jeunes «sur les routes de la migration clandestine», contrôlée par des «réseaux mafieux» qui se repaissent financièrement du sang et de la sueur de «candidats» à l’aventure bâtie de «promesses d’un eldorado» bien hypothétique.
Le plus important et qui a le mérite d’une clarté aussi éclairante qu’un beau soleil d’été est la déclinaison par le Président Macky Sall de mesures qui ont constitué des trésors de courage et de capacité de résilience à travers un Programme économique et social «de 1 000 milliards de F Cfa, financé par le Fonds de riposte et de solidarité contre les effets de la Covid-19 (Force Covid-19).
Et le Président a montré combien il est vraiment ancré dans le réel, à la différence des prétendants virtuels armés encore, pour ce Nouvel an, de messages obscurantistes, artistes des âges farouches qui peignent des horreurs et des apocalypses toujours prédites et jamais survenues. Le Président Macky Sall a jeté la flamme de la vérité sur l’important et imposant programme qui a permis une organisation bien adaptée à la riposte sanitaire sur l’ensemble du territoire na­tional.
Toujours dans le temps de l’action, loin des délires névrotiques meublés de suspicions dopées à la camomille de prêts-à-douter «complotistes» et à certains endroits arrimés à des sentiments et ressentiments «déclinistes» et pessimistes, le Président Macky Sall n’a pas manqué, comme il le fait régulièrement depuis l’irruption de la pandémie Covid-19, de dissiper les brumeuses et dangereuses négligences en rappelant que «le combat n’est pas encore gagné et que notre salut dépendra du respect par tous des règles de prévention». Il n’est pas dans les oraisons de ceux qui sont bouffés et bouffis par le virus de la chorale protestataire, contaminés par la pandémie de la suspicion, consumés à l’idée que tout est en noir, nébuleux. Qui débusquent des anguilles sous des roches où baignent pourtant clarté et transparence.
Pour sa part, l’Etat n’a jamais cessé de cultiver sa part de responsabilité pour préserver nos vies et notre santé, veiller à l’application strictes de mesures d’ordre public et à poursuivre ses efforts d’amélioration de notre système de santé qui a révélé des hommes et des femmes aux engagements patriotiques fascinants et aux expertises qui ont enjambé nos frontières.
Le bilan en matière d’infrastructures sanitaires construites en des temps record est du reste assez élogieux, tout comme le Programme de résilience ayant permis un soutien conséquent aux entreprises, aux travailleurs et divers corps de métiers…
Nous n’avons eu cesse de dire et de relever la solidité de la croissance économique réussie régulièrement dans le cadre du Plan Sénégal émergent (Pse) par le président de la Répu­blique. N’eussent été la robustesse et le caractère vertueux de cette croissance, la pandémie aurait tragiquement décimé le secteur touristique fortement atteint, celui des arts et de la culture. Ils auraient éprouvé plus durement encore les ménages et la diaspora qui ont été soutenus grâce aux ressources de l’Etat à cause d’un taux de croissance qui n’a pas été de la gnognotte comme l’ont défendu quelques économistes scotchés à des théories scolastiques vespérales.
Le Président Macky Sall a cette étincelle de génie qui fait les grands hommes d’Etat dans leur posture d’anticipateurs. Cela ne date pas d’aujourd’hui. Ainsi, «à la faveur des prévisions météorologiques qui annonçaient une pluviométrie abondante, (il avait) porté le budget de la campagne agricole 2020-2021 de 40 à 60 milliards de francs Cfa, soit une hausse de 50%, pour l’achat de matériels et intrants agricoles». Voilà pourquoi, entre autres raisons, le virus de la pauvreté qui se serait glissé allègrement dans le monde rural, à la faveur de la pandémie, n’a pas été d’une férocité destructrice, atténué dans ses conséquences furieuses et féroces par cette mesure préventive.
Ainsi, grâce à aux efforts du gouvernement, «les récoltes de cette saison ont battu tous les records. C’est le cas notamment pour les céréales : riz, mil et maïs, avec 3 millions 811 mille tonnes, couvrant ainsi 95% de nos besoins ; et l’arachide, avec 1 million 826 mille 590 tonnes». On imagine alors fort bien la chape de plomb qui aurait plombé les ailes de nos braves paysans. Des paysans qui ont bénéficié d’un grand «respirateur» sous la forme d’un soutien matérialisé par «le prix plancher du kilogramme d’arachides (qui) a été relevé à 250 F Cfa contre 210 F Cfa l’année dernière».

Au cœur du réel
et de l’action
Voilà les faits. Les faits têtus. Incontestables par toute personne de bonne foi. Des faits d’un Président Macky Sall au cœur du réel et de l’action comme il en est de la politique qu’il est en train de déployer pour la promotion de l’emploi et l’auto-emploi des femmes et des jeunes, une priorité pour ces «forces motrices et le cœur battant de la Nation».
Illustration : il a suffi seulement de deux années d’exercice à la Délégation à l’entrepreneuriat rapide des femmes et des jeunes (Der/Fj) pour «soutenir 105 mille jeunes et femmes porteurs de projets». Et de belles perspectives ont été annoncées par le Président Macky Sall avec le Programme d’appui et de valorisation des initiatives entrepreneuriales (Pavie) qui générera, entre autres, d’ici 2022, 154 mille emplois directs et indirects pour plus de 27 mille entrepreneurs formés.
Au cœur vraiment de l’action, animé du courage serein adossé à la claire conscience de son rôle de leadership performant et inspirant, le Président Macky Sall indique le véritable chemin d’avenir avec des mesures fortes que certains n’ont d’ailleurs pas manqué de répertorier et de faire remarquer. Ces mesures assurent et rassurent quant aux efforts qui seront poursuivies pour «la transformation structurelle de notre pays par la réalisation de projets d’infrastructures indispensables à notre marche vers l’émergence».
Il s’agit, entre autres, de la réception de 4 nouveaux hôpitaux, la mise aux normes de 33 unités d’accueil d’urgence et 7 services de réanimation, l’ouverture de 6 centres de dialyse, le démarrage des travaux du Centre national d’oncologie de Diamniadio, le renforcement du personnel de la santé par le recrutement de 500 médecins et 1 000 paramédicaux.
A cela s’ajoutent la réception de 15 centres de formation professionnelle et technique, le lancement des travaux du 2ème parc industriel de Diamniadio, le démarrage du Train express régional (Ter), le commencement des travaux de réhabilitation du chemin de fer Dakar-Tambacounda, la réception des aéroports réhabilités de Saint-Louis, Ourossogui-Matam et Kaolack et le lancement d’un nouveau programme de 100 mille lampadaires solaires et la poursuite du chantier du Bus rapide transit. Ce sont des investissements qui viennent s’ajouter à d’autres massifs qui font que le Sénégal trône à présent parmi le «top 10 des meilleurs réseaux routiers et autoroutiers africains».
Les informations précises données par le Président Macky Sall sur le méga projet du Port du futur à Ndayane sur 12 mille ha pour un investissement de plus de 840 millions de dollars, pour la première phase, – (…) le plus important investissement privé de l’histoire du Sénégal, pour réaliser le plus grand port multifonctionnel de l’Afrique de l’Ouest, illustrent à l’envi que l’homme s’inscrit dans une dynamique qui ne doit point céder aux profusions rhétoriciennes et autres enflures égotistes, une autre pandémie que répandent les paroles inutiles et l’aisance du criticisme.

Garder le cap
de l’émergence
En tout cas, le Président Macky Sall, lui, a la boussole orientée vers la priorité des priorités que constitue la relance de l’activité économique avec un budget de 4 589 milliards de francs Cfa en 2021, «en dépit des aléas liés à la pandémie». Ce combat pour le développement, le seul qui vaille, pour redonner du sens à l’économie, qui se gagne d’abord, comme l’a si bien souligné le président de la République, par l’état d’esprit et qui suppose que le peuple reste d’attaque et que le gouvernement garde le cap sur l’objectif d’émergence à l’horizon 2035, par une confiance retrouvée et une détermination plus exigeante encore, ne s’accommode point de brouillis de braillements, de facondes et d’invectives qui agitent le peuple bruyant du numérique, des accrocs de réseaux sociaux.
Ce combat qui emprunte et arpente le chemin de l’émergence se déroule déjà sur le terrain plus fertilisant de «la réalisation d’infrastructures, la quête de la souveraineté alimentaire, la transformation structurelle de notre économie, la formation de nos ressources humaines, la politique d’équité territoriale et d’inclusion pour l’accès de tous aux services sociaux de base».
Du reste, il se gagne par une logique et une trajectoire qui ont toujours été la marque déposée du Président Sall, farouche partisan du dialogue constructif, socle solide de rassemblement de forces et d’intelligences au service du destin national, notre cause commune. Plus que par le passé, aujourd’hui en cette période qui est en train de remodeler les codes sociaux à l’échelle mondiale, le Sénégal a besoin de se relancer dans «l’unité et la stabilité» en tant que «Nation qui aspire à l’émergence» en (re) trouvant «la force qui féconde son progrès économique et social».
L’urgence est aujourd’hui de ré-enchanter nos facultés et nos capacités à «dominer les contingences de l’immédiat, vaincre l’adversité, agir sur notre présent et forger un nouvel élan vers un avenir meilleur». Voilà les bonnes posologies du Président Macky Sall, tout en hauteur et la hauteur des défis pour dominer et vaincre la pandémie Covid-19.
Oyez bien le puissant message du chef de l’Etat qui montre et démontre que le Sénégal n’est pas un champ explosif exposé par quelques oracles politico-médiatiques et certaines icones en quête de gloire perdue. Pas une Nation éclatée. Pas écartelée. Pas éclaboussée en dépit de tout. C’est là la grande erreur de ces colporteurs d’horreurs, adeptes de la devise de Frank Abagnale Jr : «Continuez à mentir jusqu’à ce que ce soit vrai !»
Or chaque jour, les réalités du Sénégal réel, dirigé par un chef d’Etat au cœur de l’action, jettent des lumières crues qui illuminent le destin de notre pays. Un destin bien éloigné de certaines prédictions opaques et négationnistes. Un pays dont chacun de nous doit être fier de la fière allure qu’il affiche dans un monde. Un monde que la pandémie a révélé être comme un atome humain constitué de bulles sans étanchéité entre les unes et les autres. Il y a des moments où les compromis historiques, dictés par un enjeu qui implique l’avenir de la Nation, inspirent l’espoir à un pays et à un peuple et font mentir les virtuoses de la vérité recomposée qui ont élevé l’imposture au rang d’art.
Soro DIOP

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here