PARTAGER

En cette période de pandémie, le secteur de la santé ne pouvait pas être absent du discours du président de la République. Macky Sall s’est réjoui de l’organisation de la riposte qui a permis de «maintenir la maladie sous contrôle sur l’ensemble du territoire national, notamment par l’aménagement et l’équipement de 52 centres de traitement des épidémies contre un seul au début de la pandémie». Sans trop s’épancher sur le sujet, il déclare que «le gouvernement travaille également à l’acquisition de vaccins dans le respect des règles d’éthique en la matière». En attendant l’acquisition d’un éventuel vaccin, Macky Sall a encore insisté sur le respect des gestes barrières. «Devant la recrudescence des cas positifs, des cas graves et des décès, je dois vous redire avec insistance, mes chers compatriotes, que notre combat n’est pas encore gagné et que notre salut dépendra du respect par tous des règles de prévention», a-t-il dit. Et le président de la République d’ajouter : «La responsabilité de chacun est engagée dans la lutte pour la préservation de nos vies et de notre santé. Et l’Etat continuera de veiller sur l’application stricte des mesures d’ordre public.»
Sur l’amélioration de notre système de santé, M. Sall a promis de poursuivre les efforts. Ainsi, il annonce que quatre nouveaux hôpitaux seront réceptionnés à Kédougou, Kaffrine, Sédhiou et Touba en 2021. De même, M. Sall informe que «33 unités d’accueil d’urgence et 7 services de réanimation seront mis aux normes à Diourbel, Fatick, Kaffrine, Kaolack, Louga, Matam et Saint-Louis, six centres de dialyse seront ouverts à Ndioum, Kolda, Kaffrine, Sédhiou, Agnam et Kédougou, portant le nombre à 25». Autre annonce faite dans le domaine de la santé, c’est la prise en charge des malades du cancer qui «sera renforcée avec la construction du Centre national d’oncologie de Diamniadio dont les travaux vont démarrer en mars». Concernant les ressources humaines, le chef de l’Etat a rappelé qu’il est prévu le recrutement de «500 médecins et 1 000 paramédicaux, en priorité des spécialistes». Ces derniers, ajoute-t-il, seront «affectés en tenant compte des zones défavorisées de la carte sanitaire».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here