PARTAGER

Le parti dirigé par Coumba Ndoffène Ndiaye n’approuve pas la solution militaire envisagée par la Cedeao pour régler la crise gambienne. Dans un communiqué, le Rassemblement pour la justice, la démocratie et le développement (Rpjd) estime, en effet, que l’organisation communautaire «n’a pas pour rôle de jouer au gendarme dans l’espace, mais plutôt d’émettre des recommandations  et  des décisions prises à l’issue du conseil et, le cas échéant, d’appliquer des sanctions économiques à cet Etat». Par conséquent, il invite les  chefs d’Etat membres de la Cedeao à «privilégier le dialogue» pour le départ de Yahya Jammeh dont il condamne la «tentative de confiscation du pouvoir» après l’élection de Adama Barrow. S’agissant du Sénégal, le Rpjd rappelle au Président Macky Sall «son devoir consacré par la Constitution de préserver l’intégrité territoriale en se démarquant de toutes décisions lourdes de conséquences dans un futur proche qui vise à déloger par la force» l’enfant de Kanilaï.
Au sujet de la visite d’Etat du Président en France, le Rjd  constate «la France est devenue sous l’ère Sall très puissante au Sénégal par la reprise de ses bases militaires, par sa position d’actionnaire dans la Sonatel, presque absorbée par France Télécom, par le contrat d’exploitation pétrolier concédé à Total, la gestion de l’autoroute à péage par Eiffage, etc.».
hamath@lequotidien.sn