PARTAGER

Opposés à la Colombie où ils avaient besoin que d’un tout petit point pour s’ouvrir les portes des 8es de finale, les Lions ont été éliminés par les Cafeteros (1-0). Une défaite amère pour la bande à Sadio Mané qui a été privée d’un penalty par l’arbitre serbe, Milorad Mazic, aidé par la «Var». Au final, les Lions ont été doublés par le Japon pour avoir récolté beaucoup plus de cartons jaunes (4 contre 6).

C’est cruel : seule équipe africaine restante dans ce Mondial russe, le Sénégal était opposé à la Colombie dans un match où il lui suffisait d’un point pour se qualifier pour les huitièmes de finale. Mais à l’arrivée, les Lions vont s’en mordre les doigts pour avoir laissé passer leur chance dans un match qu’ils ont pourtant bien maîtrisé en première période. En effet, dominateurs face à une équipe colombienne à leur portée, les coéquipiers de Cheikhou Kouyaté (il a retrouvé son brassard hier), ont beaucoup fait souffrir les Cafeteros qui auront le malheur dans leur moment de doute de perdre leur meneur de jeu, James Rodriguez, sorti sur blessure. Leur pressing aidant, les Sénégalais vont pousser les Sud-Américains à la faute. Et c’est fort logiquement qu’ils vont se créer la plus grosse occasion du match.
On joue la 17e minute, une passe de Diao Baldé Keïta, Sadio Mané s’engouffre plein axe et se fait déséquilibrer au moment de scorer par Davinson Sanchez. L’arbitre serbe désigne sans hésiter le point de penalty. Mais, après avoir revu les images à la vidéo, l’officiel revenait sur sa décision, considérant que le défenseur colombien avait d’abord touché le ballon avant le contact avec son adversaire. Une analyse contestable si on regarde les images sous un autre angle où il y a bien eu contact.
La sortie de James Rodriguez n’était pas pour encourager les choses côté colombien. Mais, les Lions ne vont pas en profiter rejoignant du coup les vestiaires avec ce nul blanc qui pourtant les qualifiait pour le second tour.
En seconde période, les Cafeteros vont revenir avec de meilleures intentions car sachant que ce résultat n’avait aucune garantie de qualification bien que dans l’autre match, le Japon était mené en ce moment-là par la Pologne
Elevant le rythme de leur jeu, ils bousculent les Sénégalais qui peinent à retrouver leur jeu des 45 premières minutes. Très entreprenant sur le côté droit, Cuadrado va tenter plusieurs fois de faire parler ses talents de percussion. Il sera plus chanceux suite à la sortie sur blessure de son ange gardien, Yousouf Sabaly, jusque-là irréprochable. Cherchant vaille que vaille des coups francs pour exploiter le bon coup de leur géant de l’axe, Yerri Mina, mais en vain.

Une histoire de penalty et de cartons
Finalement la mayonnaise colombienne va prendre à la 74e minute. Sur un corner, Yerri Mina, encore lui, s’élevait plus haut que tout le monde pour ajuster Khadim Ndiaye d’une tête piquée. Ce but éliminait virtuellement les Sénégalais car au même moment les Nippons n’étaient menés que d’un but (0-1). Tour à tour, Mbaye Niang et Ismaïla Sarr rataient des occasions devant un Ospina héroïque. Le score en restera là. Un résultat qui élimine le Sénégal, dernier représentant africain dans cette Coupe du monde. Les Colombiens se qualifient et terminent en tête de ce groupe H tandis que le Japon, battu 0-1 par la Pologne, devance le Sénégal à la 2e place… grâce à son classement au fair-play. Les deux équipes comptent le même nombre de points, la même différence de buts et la même attaque mais les 4 cartons jaunes reçus par les Nippons font la différence en leur faveur alors que les Lions en ont reçu six. L’aventure russe se termine ainsi pour les hommes de Aliou Cissé. Des regrets, rien que des regrets…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here