PARTAGER

D’après le leader de Bokk gis gis, la guerre contre le Covid-19 sera perdue tant que la communauté n’en fera pas son affaire. Et au vu du rang du Sénégal dans le tableau des pays les plus touchés par la pandémie, Pape Diop invite à une «prise de conscience collective».

2 480 cas déclarés positifs dont 973 guéris, 25 décès et 1 481 malades sous traitement… Pour Pape Diop, ces chiffres du ministère de la Santé «font froid dans le dos». Dans une tribune, le leader de Convergence libérale et démocratique/Bokk gis gis estime que «la guerre contre le Covid-19 est perdue d’avance tant que la communauté n’en fera pas sa propre affaire». Pape Diop de préconiser : «Il faut nécessairement une prise de conscience collective et, par conséquent, la mobilisation de tous les Sénégalais. Aussi, voudrais-je inviter l’ensemble de nos compatriotes à ce sursaut national qui est fondamental si nous voulons triompher rapidement du Covid-19.» L’ancien président du Sénat interpelle en particulier ceux qui prennent des «voies détournées pour contourner allègrement l’interdiction des déplacements interurbains, ceux qui violent le couvre-feu, ceux qui continuent de transporter en motocyclette des individus d’une contrée à l’autre, ceux qui rechignent à porter un masque dans les lieux publics et ceux qui refusent, en toute insouciance, d’appliquer les autres mesures barriers».
Une situation qui fait qu’entre le 2 et le 14 mai, les cas positifs sont passés de 1 115 à 2 189. «Soit plus de 1 000 nouveaux cas en juste 12 jours», s’alarme Pape Diop, soulignant que le Sénégal est le 6ème pays le plus touché en Afrique. «L’heure est grave», disait pourtant le Président Macky Sall, a rappelé Pape Diop. Cependant, note l’ancien maire de Dakar, son alerte «n’aura pas servi à grand-chose, car comme en attestent ces chiffres, la situation est allée de mal en pis et la maladie a fini par gagner beaucoup de terrain». Par conséquent, le leader de Bokk gis gis estime que la prise en charge des cas positifs dans les hôtels pourrait «affecter très sérieusement» la qualité des soins prodigués à nos malades du Covid-19. De même, le rapatriement de Sénégalais de la France et confinés chez eux est une «source de contamination», s’inquiète Pape Diop. Une situation qui fait que l’allègement des restrictions ne devrait pas conduire à un relâchement dans la lutte contre le Covid-19. «C’est au gouvernement d’y veiller particulièrement en encadrant de manière très stricte ces mesures d’assouplissement afin qu’elles ne soient aucunement perçues par les populations comme le signe que nous serions peut-être en train de prendre le dessus sur la maladie. Ce qui est bien loin de la réalité», soutient-il.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here