PARTAGER

«A l’occasion de la 29e session de l’Assemblée de la Commission océanographique intergouvernementale (Coi) qui prend fin le 29 juin 2017, à Paris, le Sénégal a été réélu, au premier tour, ce 28 juin, au Conseil Exécutif de la Coi, pour la période 2017-2019.» Cette info contenue dans un communiqué du ministère des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur est vivement saluée par les autorités publiques, qui saluent en même temps «le soutien précieux de l’ensemble des pays amis». Aux yeux du chef de la diplomatie sénégalaise, «c’est l’aboutissement d’un engagement reconnu du gouvernement du Sénégal en faveur de l’amélioration de la gestion des ressources marines et de l’environnement marin, du renforcement des capacités institutionnelles dans la prise de décision, sans omettre le développement durable et les changements climatiques».
Il faut avoir que la Coi, composée de 148 Etats, le Conseil Exécutif se réunit annuellement, a été mise en place en 1957, pour densifier la coopération internationale et assurer la coordination de programmes dans les domaines de la recherche et de l’observation marines, la conservation et la protection des  environnements marins, l’atténuation des risques et le développement des capacités, en vue d’assurer une gestion efficace des ressources des océans et des zones côtières.
Par ailleurs, le juge sénégalais Ahmadou Tall, a été aussi réélu hier dès le premier tour à New York, au Comité des Nations-Unies pour la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille (Cmw, en anglais), pour la période 2018-2021, à l’occasion de la 8e Réunion des Etats Parties à la Convention du même nom. «Cette importante réélection, témoigne de la confiance de la Communauté internationale à l’endroit du Sénégal pour son engagement constant en faveur de la promotion et de la protection des droits de l’Homme, de même qu’elle constitue la reconnaissance des qualités professionnelles du Juge Ahmadou Tall dans la défense des droits humains et, en particulier, son expertise avérée et sa longue expérience dans celle des droits des travailleurs migrants», savoure Mankeur Ndiaye.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here