PARTAGER

La conclusion du discours du Premier ministre à l’Assemblée nationale est dithyrambique : «Mon pays va bien.» Pourtant, le gouvernement est au chevet de 6 départements, qui sont sous la menace de la famine. Dans ces zones, ce n’est pas la fête, c’est la période de soudure. Donc, le discours politique est un massage offert aux citoyens dont les oreilles bourdonnent de pétrole et de gaz. En attendant, le débat enflamme toujours le landerneau politique…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here