PARTAGER

Dans le cadre de son combat pour l’annulation de la dette de l’Afrique, le Président Sall a discuté hier avec le Pape François qui lui a accordé son soutien. En même temps, il l’a invité à visiter le Sénégal. Ce qu’il a accepté. Ce sera quasiment 30 ans après le séjour du Pape Jean Paul II, mais il reste encore beaucoup de questions à régler avant de caler ce séjour papal au Sénégal.

Très engagé dans le combat pour l’annulation de la dette de l’Afrique, le Président Sall a échangé avec le Pape François qui reste un soutien de taille. «J’ai eu un entretien constructif ce lundi avec sa Sainteté le Pape. Je salue notre convergence de vues sur l’annulation de la dette et sa réponse à la pandémie par son appel à l’universalité de la prière, de la fraternité, de la solidarité», détaille le chef de l’Etat sur Twitter, qui est devenu son canal de communication favori depuis plusieurs semaines. Evidemment, le défenseur d’un nouvel ordre mondial a annoncé que le souverain pontife a favorablement répondu à l’invitation du Sénégal de rejoindre ce combat qui passionne l’Afrique frappée, comme la plupart des continents, de plein fouet par le Covid-19.
Mais cette discussion a révélé un projet diplomatique né de cette discussion. Il l’a invité à un séjour au Sénégal, exemple parfait du dialogue islamo-chrétien. «Vingt-huit ans après la visite du Pape Jean Paul II à Dakar, j’ai renouvelé à sa Sainteté l’invitation à effectuer une visite officielle au Sénégal. Je me réjouis de la réponse positive à l’invitation pour la participation du Vatican au Forum mondial de l’eau», a fait savoir Macky Sall. Une telle visite serait un énorme succès diplomatique, car la visite de Jean Paul II en 1992 au Sénégal, pays très majoritairement musulman, fut considérée comme une reconnaissance de la place qu’occupe Dakar dans le concert des Nations où les religions cohabitent dans un climat sain. «Le Sénégal sera toujours aux côtés de sa Sainteté dans la promotion du dialogue interreligieux pour un monde de paix et de fraternité humaine», renchérit évidemment Macky Sall, qui rappelle les bouleversements provoqués par cette crise sanitaire. Il dit : «Les conflits dans le monde et la crise liée au Covid-19 montrent à quel point nous devons rester mobilisés pour que l’humain et l’humanité soient au cœur des priorités à l’échelle nationale et mondiale.»

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here