PARTAGER

Prévu comme plan B suite à l’indisponibilité de Demba Diop, le stade Lat Dior n’est toujours pas fonctionnel. Trois ans après le lancement des travaux en grande pompe par le Premier ministre, le 4 juin 2015, la livraison de l’infrastructure sportive nichée à Thiès, tarde à être effective. Le Quotidien a mené son enquête.

En procédant, le jeudi 4 juin 2015, au lancement des travaux de réhabilitation et de réaménagement du stade Lat Dior de Thiès, dix ans après l’arrêt des travaux, le Premier ministre, Mahammad Boun Abdallah Dionne, déclarait : «Ces travaux de mise aux normes vont conférer à cette infrastructure une place de choix dans la carte sportive du Sénégal. C’est une réponse à une vieille et légitime doléance de la jeunesse de Thiès de disposer de ce cadre d’expression de sa passion sportive.» Un acte qui s’inscrit, selon lui, dans la vision du chef de l’Etat de réaliser des infrastructures d’envergure et de proximité afin d’offrir à la jeunesse sénégalaise, les conditions optimales pour faire éclore ses multiples talents et réaliser ainsi de plus grandes performances sportives. Et le chef du gouvernement de poursuivre : «Le stade Lat Dior viendra ainsi compléter une carte sportive qui se densifie renforçant du coup les capacités de notre pays à pouvoir abriter des manifestations internationales d’envergure.»
Pour un montant global de plus d’un milliard de francs Cfa dans sa première phase, le stade pourra ainsi être réhabilité de telle sorte qu’il aura une capacité d’accueil de 20 000 places ainsi qu’un nouveau revêtement en pelouse naturelle combiné à un système d’arrosage, d’un éclairage sportif performant et l’aménagement de vestiaires et de toilettes entre autres.
Aussi, un système de vidéo surveillance, d’aménagement de salles destinées au contrôle antidopage et aux officiels techniques, d’une cabine de presse fonctionnelle, pour ainsi mettre Lat Dior aux normes notamment celles de la Confédération africaine de football (Caf).
Quatre phases ont été prévues pour les travaux
La directrice de l’Agence de construction des bâtiments et édifices publics (Acbep), Mme Socé Diop Dionne, avait informé, en marge de la cérémonie de lancement, que la structure qu’elle dirige a défini en quatre phases les travaux. «Nous allons faire les travaux prioritaires, notamment la réhabilitation des gradins mais aussi la repose de la charpente. Nous allons aussi changer toute la toiture. Avant d’attaquer les travaux de corps d’état secondaire mais également la pelouse que nous allons reprendre. Il y a également la loge officielle qui sera reprise avec des chaises démontables, la réhabilitation des vestiaires tout comme de l’entrée principale du stade. Sans oublier la reprise des pilonnes. Les autres seront complémentaires. Le stade sera réhabilité progressivement. Dès qu’on termine cette première phase, le stade sera utilisable et on aura les normes requises de la Fifa.». Sur la même lancée, le ministre des Sports, Matar Bâ, avait informé : «Puisque le stade Maniang Soumaré est en chantier, nous voulons éviter que le stade Lat Dior soit totalement fermé, c’est pourquoi on l’a programmé en plusieurs phases pour permettre aux sportifs thiessois, après la première phase, de pouvoir dérouler leurs activités.»
L’avenant de 555 millions Cfa retarde les chantiers
Mais depuis, le stade Lat-Dior de Thiès reste fermé au public. Et les travaux de sa réhabilitation avancent, malgré les retards constatés dans le délai de livraison, qui devrait être de 6 mois.
Selon l’entrepreneur Mbaye Faye, Directeur général de la Compagnie sénégalaise de travaux publics (Cstp/Sa), en charge des travaux de réhabilitation d’un montant de 1 milliard 850 millions 123 mille 059 francs Cfa, les gros œuvres sont pratiquement achevés et l’entreprise est dans la dernière ligne droite. Revenant sur le retard de livraison, l’entrepreneur explique qu’il est dû à l’avenant portant sur un marché complémentaire de 550 millions Cfa. La Direction centrale des marchés publics (Dcmp) a déjà donné son avis favorable, mais l’Etat du Sénégal n’a pas encore signé le contrat.
Des manquements notés dans le projet initial
A l’en croire, l’Etat du Sénégal a manifesté sa volonté de faire du stade Lat-Dior une infrastructure aux normes internationales. Mais des manquements avaient été notés dans le projet initial, c’est-à-dire dans le marché de base pour que la Confédération africaine de football (Caf) puisse l’homologuer. Et pour faire face à cette nouvelle donne, indique Mbaye Faye, il n’y avait que la voie du marché complémentaire et c’est ainsi qu’un avenant de 555 millions a été élaboré pour prendre en charge tous les manquements. Il s’agit de la réhabilitation de la tribune, de la peinture, du système de vidéo surveillance, d’une salle antidopage, de deux terrains d’entraînement et d’une piste d’athlétisme.
Aussi, selon lui, le projet initial avait prévu 8000 m² de gazon, alors que les normes internationales exigent 9200 m2 de gazon. «Dans le marché complémentaire il a fallu deux ans pour que l’Etat approuve l’avenant. Donc il y a eu un retard de deux ans pour boucler le processus. Et l’article 9 du Code des marchés nous interdit d’exécuter des travaux qui n’ont pas été financés à 100%. Le contrat est toujours dans le circuit, il n’est pas encore approuvé. Mais malgré les procédures administratives lentes, le Cstp n’a jamais arrêté les travaux. On a juste réduit le nombre d’ouvriers pour attendre le règlement des problèmes administratifs.» Mais renseigne-t-il, «le président de la République Macky Sall a signé dans la dernière Loi de finance rectificative pour régler le financement du stade Lat Dior».
Le marché complémentaire et l’avenant pas signés, l’éclairage pas disponible
Mais M. Faye déplore le fait que «jusqu’à présent on n’a pas signé le marché complémentaire ni l’avenant. Mais n’empêche les autorités nous ont demandé d’accélérer les travaux, pour la livraison de l’infrastructure en novembre prochain».
Mbaye Faye indique cependant que «les travaux avancent avec l’achèvement de la pose de la grille de protection, la réhabilitation complète de la tribune centrale, l’extension et la modification des vestiaires, le nivellement de l’aire de jeu. Le caniveau de drainage des eaux de ruissellement a été réalisé par l’entreprise sur fonds propres, car il n’était pas prévu ni dans le projet de base ni dans l’avenant». Selon l’entrepreneur, après l’approbation du marché de base et de l’avenant, on s’est rendu compte de la nécessité de construire cet ouvrage pour éviter toute inondation de la pelouse. Aussi, deux forages ont été réalisés en équipement solaire dans l’enceinte du stade et les travaux sont achevés.
Nouveau deadline : Octobre-Novembre
Concernant l’éclairage, il affirme que «le matériel est déjà commandé en France. Il ne reste que la peinture. Et dans deux mois, si vous venez visiter l’infrastructure à nouveau, vous verrez des changements ». Pour l’heure, il estime «le taux d’exécution des travaux à 82%». Et il espère boucler le processus «au mois d’octobre pour l’inauguration en novembre».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here