PARTAGER

Momar Diop risque de passer 3 ans en prison pour avoir filmé l’une de ses patientes dans un salon de massage. Hier, face au juge des flagrants délits du Tribunal de grande instance de Dakar, il a donné sa version sur la vidéo qui circule sur le net.

Les salons de massage deviennent de plus en plus des lieux de débauche. Certains hommes accros au sexe profitent de ces occasions pour entretenir des relations sexuelles avec leur cliente. Le comble est que ces scènes obscènes passées dans l’intimité finissent par être connues du grand public. L’histoire entre Momar Diop qui se dit technicien de santé et sa cliente, Oumy Dieng, enlève le voile sur les véritables intentions de certains gérants de salons de massage. Il y a 6 ans, ce père de famille avait accueilli la dame dans son salon pour une séance de massage. Celui qui se prévalait d’un titre de dermatologue avait aménagé un local chez lui à Ben Tally, transformé sans doute en salon de massage. En effet en «traitant» la dame Dieng, il avait profité des moments de faiblesse de la fille pour positionner son appareil afin de filmer la scène à son insu. Cette dernière qui n’a rien vu venir est rentrée tranquillement chez elle. Oumy Dieng sera surprise en apprenant que la vidéo circule sur le net, précisément sur un site pornographique et diffusée dans l’émission Petit déj de la télévision Walf.
Touchée dans sa chair avec l’ampleur qu’a prise cette affaire, Oumy Dieng a porté plainte contre le sieur Diop pour laver son honneur, du moins ce qui en reste. Hier, devant le juge des flagrants délits du Tribunal de grande instance de Dakar, le mis en cause a reconnu les faits mais à moitié. Le prévenu a admis avoir filmé la dame dans une position pas du tout catholique. Quant à la diffusion de l’image sur internet, il n’a pas reconnu en être l’auteur. «Qui a alors diffusé la vidéo sur le net ? », lui demande le président. «Je soupçonne un certain Fall de Walf d’avoir diffusé la vidéo», répond le prévenu. Selon le prévenu, l’image était stockée dans son téléphone portable qu’il a perdu après les faits. Il dit avoir même en sa possession le certificat de perte. A la barre, il n’a pas pu donner la preuve de cette déclaration même lors de la perquisition, à en croire le président. Il dit être un vendeur de produits cosmétiques.
Venu représenter son épouse, le mari de la victime est revenu sur les raisons de la visite de sa femme chez Momar Diop. Selon lui, Oumy Dieng s’est rendue là-bas pour se procurer des soins après l’apparition de boutons sur son corps. C’est avec un cœur meurtri à cause de la honte qui poursuivra sa femme et lui jusqu’à la tombe que M. Diop s’est tenu à la barre : «Il a disloqué ma famille. Il est le seul auteur de la diffusion de la vidéo sur internet, ma femme est toujours sous le choc.» Rappelons qu’au moment des faits, il n’y avait pas de mariage entre les deux. Elle a soutenu que le prévenu «a pratiquement mis fin aux jours de cette jeune femme et le préjudice est incommensurable». L’avocat de la dame a réclamé la somme symbolique de 10 millions de francs Cfa pour toute cause et préjudice confondus. Pour le procureur, «Momar Diop a déclaré que la diffusion viendrait de tierce personne. Mais, il n’a pas eu à apporter des preuves de ces éléments qu’il a avancés. Ces dénégations ne pourront pas prospérer». Le ministère public a requis 3 ans de prison ferme et une amende de 2 millions de francs Cfa. La défense a plaidé une application bienveillante de la loi pénale. Le délibéré est fixé au 30 août prochain.
msakine@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here