PARTAGER

La décision de Khalifa Sall était des plus attendues, car beaucoup de candidats spéculaient sur son éventuel soutien. En annonçant son soutien à Idrissa Seck, le leader de Taxawu n’a pourtant fait que renvoyer l’ascenseur à son allié des dernières Législatives. Le choix d’un autre candidat aurait soulevé plus de questions et des spéculations.
Néanmoins, on peut se demander si ce ralliement pourrait être déterminant, et si Khalifa Sall, comme le Président Abdoulaye Wade, pourra éviter l’effritement de son camp. Tout le monde sait qu’il a pris du temps avant de se déterminer, car il espérait que la Cour de justice de la Cedeao allait «imposer» sa candidature en la déclarant recevable. Certains de ses proches d’ailleurs disaient que le maire déchu de la Ville de Dakar attendait, avant de se prononcer, que la Cour de justice de la Cedeao se prononce sur son recours et ne voulait par conséquent prendre aucune position par rapport aux quatre opposants au Président Macky Sall.
Entre parenthèses d’ailleurs, la sortie de Khalifa Sall d’hier pose débat et pousse à se demander pourquoi il n’a plus attendu le 20 février, jour du délibéré, avant d’annoncer son soutien. Et certains de ses lieutenants n’ont pas attendu pour prendre leur autonomie. Ainsi, Bamba Fall s’est empressé d’annoncer que la décision de Khalifa n’entraînait pas la sienne, tandis que Barthélemy Dias s’était souvent affiché aux côtés de Ousmane Sonko, dont il semble être très proche des analyses. Plusieurs autres adjoints au maire de Dakar avaient déjà, bien longtemps à l’avance, pris leur liberté et ouvert les portes du «Macky». Dans ces conditions se pose encore aujourd’hui la question de Staline : «Khalifa, combien de divisions ?»
S’il veut vraiment peser sur une éventuelle gouvernance de Idrissa Seck, Khalifa Sall a donc intérêt à montrer à son allié qu’il est en mesure, plus que les autres ralliés, de lui apporter des voix, et pas seulement dans l’agglomération de Dakar. Dans les circonstances actuelles, c’est un gros challenge pour lui.
mgueye@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here