PARTAGER
El Hadji Ibrahima Mbow.

Après avoir déposé sa caution mercredi, l’Union citoyenne/Bunt bi a réitéré hier sa volonté d’aller seule aux élections législatives du 30 juillet. El Hadji Ibrahima Mbow et ses camarades ont dénoncé les lenteurs notées dans la confection et la distribution des cartes d’identité.

Aux prochaines élections législatives, ni la coalition Benno bokk yaakaar ni Manko taxawu senegaal n’intéressent l’Union citoyenne/Bunt bi. Le parti dirigé par El Hadji Ibrahima Mbow, après avoir déposé sa caution de 15 millions mercredi, s’engage à aller à la conquête des voix avec les citoyens et non avec les formations politiques. «Oui, nous y allons seuls, nous ne sommes pas en coalition avec d’autres partis politiques. Mais non, nous n’allons pas seuls. Nous partons aux élections avec les citoyens sénégalais qui ont envie de changer les choses, en commençant par l’Assemblée nationale», avance Awa Faly Bâ. Cependant, malgré cette démarche, elle ajoute : «Nous ne nous sentons ni isolés ni solitaires ni à la marge. Nous sommes au cœur de l’action citoyenne de ce pays.»
Par rapport à la 12ème Légis­lature que certains qualifient «d’une des plus mauvaises que le Sénégal ait connues», Théodore Chérif Monteil préfère se projeter vers l’avenir plutôt que de critiquer la gestion de Moustapha Niasse. Tête de liste de l’Union citoyenne, il dit : «L’Uc/Bunt bi n’est pas dans la critique stérile du passé. Nous nous sommes engagés dans une action déterminée vers le futur, vers la construction. Constater la mauvaise ou la bonne qualité de l’ancienne Législature ne nous servira à rien. Peut-être comme base d’analyse, comme système de propulsion pour savoir ce que nous ne devons pas faire.» A moins de trois mois du scrutin, ces ex-membres de Macky2012 dénoncent les «lenteurs» notées dans la confection et la distribution des cartes biométriques. «On nous signale que des personnes inscrites depuis novembre n’ont pas encore reçu leur carte», précisent-ils. Quant à la marche de l’opposition qui sera organisée ce soir pour la libération de Khalifa Sall, l’U­nion citoyenne n’y sera pas. «Le combat n’est pas là-bas. Il est ailleurs. Il est dans la reconstruction de notre Ad­mi­nis­­tra­tion pour que certaines dérives ne puissent pas arriver, pour qu’on n’ait pas à regretter», estime M. Monteil.
msakine@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here