PARTAGER

Les défis de l’organisation, de la participation massive des électeurs sont, entre autres, les points qui attendent les tenants du pouvoir pour les Législatives. Il s’agit là de l’avis dégagé, hier, par le secrétaire général du Parti de l’indépendance et du travail (Pit) au cours d’une conférence de presse sur le thème : «Enjeux et défis des élections du 30 Juillet 2017.»

«Enjeux et défis des élections du 30 Juillet 2017» a été le thème  débattu, hier, par le Parti de l’indépendance et du travail(Pit) au cours d’une conférence de presse. A une trentaine de jours de ces joutes, les camarades de parti de Amath Dansokho ont listé quelques défis qui attendent les tenants du pouvoir. Il s’agit, entre autres, celui de l’organisation compte tenu de la pléthore de listes avec au total 47 partis, coalitions et d’entités indépendantes.  Sur ce point, ils invitent les acteurs à chercher une «entente sur les modalités du vote» pour que ces élections se passent dans la transparence, la paix et  le calme. Une participation massive des électeurs, pour que «la légitimité de la prochaine Assemblée nationale soit incontestable», soit aussi un élément à prendre en compte.
Selon le Pit, pour arriver à gagner cette étape, le gouvernement «doit remporter le pari de l’édition de toutes les cartes d’identité». Mais aussi permettre une organisation dans la distribution afin que les Sénégalais puissent rentrer en possession de leur carte pour pouvoir accomplir leur devoir citoyen.
A côté de ces considérations, le Pit estime que la coalition présidentielle, Benno bokk yakaar, a aussi un défi à relever qui est celui de travailler à maintenir la «cohésion».
Depuis quelque temps, certains membres de la classe politique accusent l’Etat de vouloir repousser la date des élections face au retard noté dans la distribution des cartes d’identité nationale. Pour le secrétaire général du Pit, membre de la mouvance présidentielle, il s’agit d’une «idée malvenue». Samba Sy d’être un peu plus clair : «Le Pit, la coalition Benno bokk  yaakaar ne pense pas du tout à un quelconque report et soupçonne ceux qui agitent cette idée-là d’être au fond des partisans incommodés du report.»
Sur le thème proprement dit, il dira : «L’un des enjeux des élections à venir est de l’ordre de la stabilité politique, c’est-à-dire du registre de choix offrant du Sénégal l’image rassurante d’un pays en harmonie avec lui-même.» Et d’ajouter : «Un autre enjeu essentiel est la poursuite des politiques publiques de restauration de l’équité territoriale, de préservation de l’égale dignité des citoyens sénégalais, de la bataille pour la construction intelligente et résolue des différentes entités du territoire national.»
Selon toujours, le leader du Pit, la prochaine élection présidentielle prévue en 2019 est également un enjeu majeur pour les Législatives de juillet. Nombre d’acteurs de ces élections, dit-il, «n’ont d’autre motivation qu’une sorte de prise de date pour pouvoir être de ce rendez-vous crucial». Il a révélé par ailleurs que le parti qu’il dirige n’a pas d’investi au niveau de la liste majoritaire. Et le seul figurant sur la liste nationale proportionnelle occupe la 10ème place.
msakine@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here