PARTAGER

La République en marche remporte le siège mis en jeu dans la 9ème circonscription d’Afrique du Nord et de l’Ouest. Son candidat M’jid El Guerrab, Français d’origine marocaine, a été élu à l’issue du second tour du scrutin. M. El Guerrab avait pris, rappelons-le, la place de Leila Aïchi, désavouée pour une déclaration favorable au Front Polisario dans le conflit opposant ce groupe indépendantiste au Maroc. Des propos qu’elle avait tenus lors d’un colloque organisé au Sénat en 2013 sur le Sahara Occidental, territoire au sud du Maroc, théâtre de vives tensions entre le royaume et les indépendantistes du Front Polisario, soutenus par l’Algérie. La candidate s’était «alarmée de l’indifférence internationale quant au sort réservé au Peuple sahraoui», et avait «dénoncé l’alignement systématique de la France sur la politique marocaine au Sahara Occidental. Et ce, malgré les graves violations des droits de l’Homme constatées par les Ong humanitaires». Dans un communiqué, Leila Aïchi s’était cependant défendue d’avoir des positions hostiles vis-à-vis de Rabat.
M’jid El Guerrab a activement battu campagne au Sénégal. Il avait même été reçu en audience par les autorités sénégalaises, notamment le Premier ministre Mahammad Boun Abdallah Dionne le 9 juin à Dakar.
Lors de son passage à Dakar, le candidat de La République en marche voulait une fois investi renégocier avec les pays de sa circonscription les traités bilatéraux signés avec la France. L’objectif étant, pour lui, d’y intégrer la garantie de la sécurité des Français. Il proposait également de créer une application permettant la géolocalisation pour garantir la sécurité de chaque Français résidant à l’étranger. S’agissant des relations entre la France et l’Afrique, M’jiid comptait s’aligner sur la politique étrangère de son gouvernement. Il disait vouloir, tout comme Macron, fermer la page de la colonisation pour entamer un nouveau partenariat avec l’Afrique.
M’jid El Guerrab soutenait aussi qu’une fois élu, il allait s’atteler à rendre moins coûteuse l’éducation pour les Français de l’étranger. Qu’il ne sera pas question, d’après ses explications, de baisser les frais d’inscription, mais plutôt un projet de loi qui va réformer le système en profondeur. Pour la santé, El Guerrab entendait faire de la protection sociale pour les Français de l’étranger une réalité.
M’jid El Guerrab a bénéficié du soutien des comités de la Côte d’Ivoire et du Sénégal, deux autres importants réservoirs d’électeurs sur quelque 150 mille électeurs résidant en Afrique du Nord et de l’Ouest. D’ailleurs, le comité du Sénégal était à l’origine de sa venue à Dakar lors de la campagne électorale des Législatives.
mdiatta@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here