PARTAGER

Pour la mise sur pied d’une coalition électorale de l’opposition autour de Khalifa Sall aux prochaines Légis­latives, ses partisans ont lancé samedi le groupe Initiative2017.

Le groupe politique Initiative 2017 est né. En prélude aux Législatives, les maires de la coalition Taxawu Dakar et leurs alliés ont lancé, samedi, le groupe autour de Khalifa Sall, en prison dans l’affaire de la caisse d’avance de la mairie de Dakar. La salle a été trop petite pour le public. Tam-tam, sifflets, pas de danse et chants étaient au rendez-vous. Une véritable ambiance de campagne a régné à la cérémonie de lancement. D’emblée, Moussa Tine a tenu à préciser que «ce n’est pas une coalition électorale». Il a par ailleurs levé un coin du voile sur les contours d’une telle initiative. «Il s’agit de dire aux Sénégalais, à Elène Tine, à tous les patriotes qui sont dans ce pays-là, que Khalifa Sall voulait lancer une initiative tendant à regrouper toutes les forces vives de ce pays autour d’une liste unique de l’opposition», souligne-t-il. Le leader de l’Alliance Penco estime, en effet, que «sans une liste unique, on ne peut pas avoir une majorité à l’Assemblée nationale». Sur une éventuelle majorité de l’opposition, M. Tine dit : «Nous ne sommes pas pour une cohabitation, mais pour une bonne gouvernance de ce pays. Nous sommes pour une majorité différente à l’Assemblée nationale qui contrôle le gouvernement, qui va contrôler le pétrole, le Ter (Train express régional), le prix de l’autoroute à péage (…).» Cheikh Bamba Dièye abonde aussi dans le même sens : «Il n’y a pas d’autre choix. Il est clair que l’opposition doit se réunir pour former la liste la plus crédible pour qu’elle aille à l’Assemblée nationale défendre dignement les intérêts du Sénégal.»
Le maire de Dieuppeul Derklé, Cheikh Guèye, quant à lui, avertit le régime accusé d’être derrière l’emprisonnement du maire de Dakar, qu’«on ne peut pas arrêter la mer avec ses bras (…)». Il poursuit : «Khalifa est dans les cœurs, dans les esprits, dans les maisons, dans les champs, dans les salons, dans les rues, bref partout au Sénégal. Nous resterons dignes et debout jusqu’au soir du 30 juillet où l’histoire de la magistrature de notre pays va s’écrire autrement avec des lettres d’or en noblesse. Nous resterons debout jusqu’en 2019 pour faire de Khalifa Sall le Président du Sénégal.» Cette rencontre a enregistré la présence, entre autres, de Elène Tine, Seynabou Wade, Idrissa Diallo, Aminata Diallo, Moussa Sy, Barthélemy Dias et l’artiste Ouza Diallo.
msakine@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here