PARTAGER

C’est finalement le 25 septembre prochain que le Cesti va connaître son nouveau directeur. Le recteur de l’Ucad a reporté la date de l’élection qui était initialement prévue hier. Une décision «incohérente» selon le Saes qui déplore un «vide institutionnel» au sein de l’école de journalisme.

Le Centre d’études des sciences et techniques de l’information (Cesti) va attendre pour connaître son nouveau directeur. L’élection, prévue hier, a été reportée sur décision du recteur qui l’a annoncé au moment où les acteurs du vote étaient déjà présents dans la prestigieuse école de journalisme. Par conséquent, il n’y a pas eu de duel entre Cousson Traoré Sall, directrice sortante et Mamadou Ndiaye, actuel directeur des Etudes, seuls candidats pour diriger le Cesti.
Un report qui est dénoncé par le Syndicat autonome de l’enseignement supérieur (Saes). «La Coordination Saes campus de Dakar et la section Saes-Cesti ont eu la désagréable surprise d’apprendre ce matin le report de l’élection du directeur du Cesti. Il intervient ce vendredi 18 septembre 2020, jour même du scrutin, et au moment où les administrateurs du Conseil d’établissement du Cesti étaient déjà sur place, conformément à la convocation qu’ils ont reçue des services du Rectorat de l’Ucad», relatent les syndicalistes dans un communiqué.
Le Saes qualifie d’«incohérente» cette décision du Pr Ahmadou Aly Mbaye et «fustige avec vigueur ce management du fait accompli, qui consiste à informer oralement et au dernier moment les membres du Conseil d’établissement du Cesti». «La norme administrative veut qu’une notification officielle rectorale soit envoyée aux membres du collège électoral au moins 24 h avant le scrutin», recadre le Saes.
Le syndicat estime que le report de cette élection plonge le Cesti dans «un vide institutionnel alors que la reprise des enseignements est effective à l’Ucad depuis le 1er septembre 2020». Les syndicalistes réclament que la lumière soit faite sur «l’attitude cavalière» du recteur. Ils exigent la convocation dans les «meilleurs délais», du Conseil d’établissement du Cesti afin de procéder à l’élection du directeur.
Elue en 2017, Cousson Traoré Sall veut un second et dernier mandat de 3 ans tandis que Mamadou Ndiaye veut accéder au fauteuil pour la première fois. La gestion de la directrice sortante, membre du Sudes, est décriée par la section Saes de l’école qui a plusieurs fois paralysé l’école de journalisme. Présen­tement, les étudiants de l’école sont dans une inquiétude profonde et ne savent plus à quel saint se vouer.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here