PARTAGER

On leur reprochait leur silence radio après les morts enregistrées durant cette campagne présidentielle. Finalement, les candidats ont rattrapé le coup. A la suite de Sonko, Madické qui était dans la zone de Kaolack a invité les différents candidats à faire une campagne sans violence. Confortablement installé dans son fauteuil et vêtu d’un boubou bleu foncé, il a déclaré qu’il est anormal qu’il y ait dans cette campagne des pertes en vies humaines. «Il est temps qu’on arrête cette violence et qu’on cesse de croire que le pays n’appartient qu’à une seule personne», a-t-il dit, lançant des piques au candidat de Benno bokk yaakaar qui, lui, a été accueilli dans le Sud par une marée humaine. Lequel est apparu dans son marron beige, a prêché «Jam», la paix dans son discours à Ziguinchor, regrettant lui aussi l’excès de violence noté ces derniers temps. «Les gens peuvent voter pour qui ils veulent sans faire de violence… Ce qui s’est passé est regrettable et croyez-moi la loi s’appliquera sans faiblesse aucune…», a-t-il promis, présentant ses condoléances à la famille de Ibou Diop qui a perdu la vie lors des incidents à Tamba, qui ont occasionné la mort d’un jeune militant de l’Apr «poignardé par un membre de la délégation du Pur», selon Macky. Pour écarter toute accusation ou suspicion sur son parti, le leader du Parti de l’unité et du rassemblement (Pur) est revenu sur ces incidents en question. El Hadj Issa Sall qui était à Ourossogui a fait sa déclaration, affirmant sereinement qu’on lui a tendu un piège dans les rues. «Nous n’avons pas cherché la violence. Nous avons été attaqués. Le commissaire de Tamba est lui-même complice du pouvoir qui s’en est pris à mes militants. On a caillassé 4 de nos voitures et incendié d’autres. Les journalistes n’ont même pas été épargnés», raconte-t-il, invitant la population à choisir le bon candidat. «Celui qui ne peut pas sécuriser 5 candidats, comment peut-il sécuriser le pays ?» Idy, qui a continué sa marche orange vers Sédhiou, s’est lui aussi incliné sur la mémoire des victimes de l’accident de Sédhiou. Vêtu de son boubou blanc, le candidat de la coalition Idy2019 a suivi son charme destiné aux forces de sécurité et de défense. Les vrais «jambar». Sonko, qui était à Ziguinchor, a lui aussi été un vrai «jambar». Et comme à l’accoutumée, il a tiré sur les réalisations du candidat de Benno bokk yaakaar et souligné la nécessité de changer de cap.
aly@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here