PARTAGER

Avec 304 cas enregistrés depuis le début de la pandémie du Covid-19, Ziguinchor fait partie du quarté des régions les plus touchées, après Dakar, Thiès et Diourbel. Cette situation résulte du non-respect, entre autres, des mesures et gestes barrières noté depuis quelque temps dans cette partie sud du pays. Signe de la montée du péril à Ziguinchor, le nombre de cas issus de la transmission communautaire dépasse celui des contacts.

A Ziguinchor, la tension devient palpable avec cette hausse des cas de contamination. La situation de la région à la date du lundi 10 août montre la gravité du moment : Sur les 14 cas enregistrés, huit sont issus de la transmission communautaire et six (6) cas contacts. Avec sept à Ziguinchor, six au niveau du district de Thionck-Essyl et un cas à Oussouye. Au total, elle enregistre depuis le début de la pandémie du Covid-19 304 personnes contrôlées positives dont 22 décès, 88 cas sous traitement et 188 guéris. Des cas répartis au niveau du centre de traitement de l’Hôpital régional de Ziguinchor (32), à la Maison d’arrêt et de correction (Mac) de Ziguinchor (6), ceux suivis à domicile (35) et des patients jugés positifs en attente (14).
Il faut par contre souligner la particularité pour la région de Ziguinchor : les cas communautaires dépassent les contacts. Sur les 304 cas que compte la région, 166 sont issus de la transmission communautaire, 127 sont des contacts et 10 importés. Et le district sanitaire de Ziguinchor concentre l’essentiel des personnes touchées via cette transmission avec plus de 120 cas sur les 166. Autant de facteurs qui inquiètent plus que jamais les autorités sanitaires. Nonobstant cette situation explosive, le relâchement dans l’observation des gestes barrières est total. Ce comportement révulse les acteurs sanitaires qui déplorent la floraison des manifestations sportives et cérémonies à caractère public organisées un peu partout dans les centres urbains, en violation du port du masque et de la distanciation sociale dans un contexte de propagation de la maladie. «Il suffit de faire un tour dans un baptême ou une cérémonie funéraire pour voir que le nombre de personnes qui portent le masque est négligeable», déplorent les agents de la santé. «Cette situation a de quoi favoriser, estime Dr Ousseynou Diatta, point focal épidémiologique de Ziguinchor, la propagation exponentielle de la maladie. En attestent, dit-il, les cas communautaires qui sont enregistrés chaque jour à Ziguinchor.» Exaspérés, les médecins et acteurs de la santé ainsi que les leaders d’opinion exhortent, face à la montée du péril, les populations au respect des mesures barrières, notamment dans les espaces publics.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here