PARTAGER

Le Réseau des enseignants de l’Apr tempère les ardeurs de ceux qui réclament la transparence sur la gestion du pétrole et les accusations contre le frère du président de la République. «L’affaire Aliou Sall est entre les mains de la justice. Nous demandons aux populations de rester sereines. Laissons la justice faire son travail et, après, on verra», a dit Modou Mbassa Sarr, porte-parole du jour, jeudi face à la presse. Cette structure du parti présidentiel a d’ailleurs condamné les manifestations hebdomadaires de la Plateforme Aar li ñu bokk qui «perturbent la quiétude des citoyens sénégalais, la circulation des personnes et des biens». M. Sarr et ses camarades invitent l’Etat à prendre ses responsabilités en faisant en sorte que les rassemblements n’impactent pas négativement le quotidien des travailleurs. Ces enseignants de l’Apr prônent par ailleurs le report des élections locales en mars ou juin 2020. «Il y a beaucoup de paramètres à prendre en compte. Les conditions de la tenue des Locales ne sont pas réunies, notamment la révision des listes électorales», ont-ils argué.
Les camarades de Youssou Touré et de Amath Suzanne Kamara ont également fustigé «le faible taux de réussite» enregistré au premier tour du Baccalauréat. «Les estimations tournent autour de 17%. Si les tendances se confirment, les résultats finaux feront moins de 30% contre 35,9% l’année dernière», regrettent les enseignants apéristes. Qui rappellent que depuis 2001, le taux de réussite au Baccalauréat «n’a pas atteint 50%». Ils imputent ces échecs «aux grèves récurrentes, au manque de matériels pédagogiques, à l’absence de manuels scolaires, au niveau des enseignants, à l’encyclopédisme du programme», entre autres.
Stagiaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here