PARTAGER

En lançant le grand débat sur les indicateurs d’émergence, le Président Macky Sall, comme le sage, montre la lune avec le doigt. Espérons que l’opposition et la société civile ne vont pas se limiter à regarder le doigt. «La démocratie est la compétition des réponses aux questions que les citoyens se posent», a-t-on coutume de dire. Après deux alternances pacifiques à la Magistrature suprême de notre pays, nous pouvons affirmer avec aisance que le Sénégal s’est positionné en Afrique et dans le monde sur l’échiquier des grandes démocraties matures.
En faisant une analyse situationnelle du pays, nous pouvons également affirmer que le Sénégal est un pays avec une tradition démocratique, une stabilité politique et sociale, dans un Etat de droit et de justice sociale. Des éléments qui constituent des fondamentaux pour l’émergence de notre pays. C’est pourquoi au Sénégal les citoyens se posent de moins en moins des questions politiques parce qu’ils ont compris les véritables enjeux du moment pour l’intérêt supérieur de la Nation. Qu’on l’accepte ou pas, notre pays est devenu une puissance politique en Afrique et dans le monde et a atteint l’émergence politique en devenant la plus vieille et la plus grande démocratie du continent. Mieux, nous sommes l’une des plus grandes démocraties du monde et la seule où la transition entre deux Présidents se fait en une semaine. Donc, étant donné que le Sénégal a atteint l’émergence politique, les citoyens veulent que le débat, la compétition des idées et les réponses portent essentiellement sur l’émergence économique, parce que les questions qu’ils se posent sont aujourd’hui profondément économiques. Les conditions sont réunies pour se mettre véritablement au travail et faire du Sénégal une puissance économique.
Notre pays est dans une phase qui a besoin des investissements. Tenant compte du cadre macroéconomique sain de notre pays, les partenaires techniques et financiers sont rassurés et les investisseurs vont décider sans risque de venir s’y installer. Le Président Macky Sall a si bien compris en élaborant et en mettant en œuvre le Plan Sénégal émergent (Pse) qui ambitionne de faire du Sénégal, d’ici l’horizon 2035, un pays émergent dans la solidarité et dans l’Etat de droit. C’est pourquoi il faut saluer la volonté du président de République Macky Sall d’inverser la courbe du débat en le recentrant sur les indicateurs d’émergence comme il l’a fait lors de la réception de l’avion A320 Néo qui vient enrichir la flotte de notre compagnie nationale Air Sénégal. Le Président Macky Sall a raison de dire que ce n’est pas tous les jours qu’un pays africain commande une dizaine d’avions. C’est un véritable indicateur d’émergence. Et il y en a beaucoup d’autres.
On peut citer le Train express régional (Ter) qui va non seulement générer des emplois, mais va beaucoup contribuer dans la capitale Dakar à la réduction des embouteillages qui ont coûté plus de 2 000 milliards à l’économie sénégalaise entre les années 2000 et 2009. Nous invitons l’opposition, la société civile et les citoyens à participer au débat sur les indicateurs d’émergence. Ce débat est plus utile au pays que celui sur le sexe des anges de la question politicienne.
Le premier indicateur d’émergence est la stabilité politique et l’Etat de droit qui font que notre pays est devenu aujourd’hui une destination privilégiée des investisseurs étrangers. A l’heure où l’Afrique connaît de multiples soubresauts politiques, notre stabilité politique est le premier indicateur et ancre le pays dans une perspective de développement économique et social. Les autres sont essentiellement économiques, comme l’a reconnu la présidente du Fmi, qui a réservé sa première visite au Sénégal. Elle ne pouvait avoir de meilleure destination, car le Sénégal a une croissance soutenue depuis 2012 et ambitionne d’avoir une croissance inclusive et de qualité à deux chiffres. Notre taux de croissance, qui ne cesse de progresser, est aussi un excellent indicateur d’émergence. De 2012 à aujourd’hui, il est passé de 1,7% à 6,8% et prédit que le Sénégal est véritablement sur la bonne voie pour se placer sur les rampes de l’émergence économique. C’est éloquent de voir cette croissance forte en si peu de temps.
La croissance ne profitant pas à tout le monde, il faut noter à ce niveau la dimension inclusive de cette croissance avec les instruments de solidarité tels le Pudc, les Bourses familiales, la Cmu etc. pour lutter contre les inégalités sociales afin de tirer le développement du pays jusqu’aux contrées les plus reculées, tout en sécurisant le social et pour augmenter le pouvoir d’achat de nos concitoyens.
Un pouvoir d’achat qui augmente, des banques qui se bousculent pour s’installer au Sénégal, des hôtels qui poussent comme des champignons, Dakar a toutes les prémisses d’un futur Dubai. Le Président Macky Sall invite les Sénégalais à suivre en live la marche vers la terre promise de l’émergence avec ses indicateurs d’émergence. Aussi, la nouvelle ville de Diamniadio, au-delà d’être un indicateur d’émergence, est l’icône de l’émergence dont l’Aibd et Air Sénégal sont considérés comme la carte de visite.
L’opposition devrait nous rejoindre dans le débat sur ces indicateurs d’émergence pour proposer comment l’améliorer.
Salihou KEITA
Président du Mouvement C2C (Croissance à 2 Chiffes)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here