PARTAGER

Foulard blanc enroulant sa tête, Ngalla abreuve d’insultes les autorités ayant décrété la fermeture des mosquées dans la région de Dakar. Posté devant le domicile de l’imam de Yoff-Layène, Mamadou Makhar Laye, jeune fidèle, torse nu, ne dissimule pas son mécontentement. Ils étaient des centaines de fanatiques acquis à la cause de Seydina Limamou Laye à se rassembler devant la maison de l’imam Makhtar, comme ils l’appellent. Une foule en rage parce que la gendarmerie est venue cueillir Mamadou Makhtar Laye, petit-fils du fondateur de la communauté layène. Hier, l’imam n’a pas respecté la mesure du gouverneur interdisant les rassemblements dans les mosquées. Mais un rassemblement pouvait en cacher un autre. Comme une traînée de poudre, l’information sur la présence des gendarmes dans la cité religieuse s’est propagée. En quelques minutes, une foule s’est massée devant la maison du marabout. En un temps record, toutes les issues qui mènent à Yoff ont été bloquées par des fidèles en colère.
De centre aéré de la Bceao au mausolée de Seydina Limamou Laye, une masse humaine déferle pour soutenir l’imam. La fumée noire qui se dégage des pneus brûlés en dit long sur la détermination des fidèles layènes. Les éléments de la gendarmerie finiront par quitter les lieux. L’imam, pendant ce temps, s’est retranché à l’intérieur de la maison. Le risque de propagation du coronavirus est omniprésent. Ce n’est pas le souci des fidèles qui entonnent en chœur des chants à la gloire de Seydina Limamou Laye. La gendarmerie est partie, mais les Layènes n’en ont pas fini en rejoignant le rond-point de Yoff. La route de l’aéroport est bloquée par une dizaine de jeunes en braillant : prier tous les vendredis en masse à Layène.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here