PARTAGER

A l’annonce du verdict, les parties civiles ont laissé éclater leur joie. «Nous sommes parfaitement heureux. Nous sommes enfin sortis de ce tunnel», a déclaré Me Jacqueline Moudeina. Clément Abaifouta, président de l’Association des victimes du régime de Hissein Habré, parle d’un nouveau soleil qui se lève pour les victimes. Pour lui, ce verdict est un sacrement de 25 ans de lutte d’humiliation et de frustration. Il salue néanmoins le bon travail que ces conseils et les organisations de défense de droits humains ont abattu pour en arriver à ce résultat.
Revenant sur la décision sur les intérêts civils, Me Moudeina se félicite du fait que la Cour ait fait état au fond. «Elle a ordonné que ceux qui ne figurent pas dans le jugement, puissent se rapprocher du Fonds et ça c’est vraiment bien», se réjouit-elle. C’est une autre tour de manche qui commence pour les avocats, à savoir l’alimentation du Fonds, puisque le juge a très clairement dit que le patrimoine de l’accusé ne suffit pas pour couvrir les réparations. Mais, Me Jacqueline est «préparée» à cette nouvelle bataille. «Nous allons nous atteler à ça pour que toutes les victimes soient indemnisées.  Ce sera encore un très grand travail. Il va falloir se battre pour que ce fonds soit effectivement alimenté par l’Union africaine, les Etats parties, les Etats membres, les amis et les organisations», indique-t-elle. Pour Me Assane Dioma Ndiaye, c’est également un autre combat qui commence pour les parties civiles. «Le Tribunal de grande instance de Dakar va prendre les mesures idoines afin que les immeubles  de l’accusé soient vendus et les comptes bancaires qui ont été saisis puissent être reversés dans le Fonds. Ce ne sera qu’une partie de la somme qui sera reversée. Il appartient à l’Union africaine d’alimentation ce Fonds», espère Me Ndiaye.
ndieng@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here