PARTAGER

«La gendarmerie n’a trouvé de la drogue dans aucun des centres de redressement Darou Salam au niveau de la banlieue cités dans leur communiqué. Nous invitons l’autorité à bien préciser l’endroit dans lequel elle affirme avoir trouvé du chanvre indien pour éviter toute confusion. D’après le communiqué, elle affirme aussi «qu’un des geôliers a été retrouvé avec de la drogue». Ce dernier a trouvé refuge au domicile du guide religieux Serigne Modou Kara Mbacké. Celui dont elle fait allusion est certes un membre du mouvement, mais pas geôlier au niveau des 3 principaux centres reconnus de la Kara sécurité. Il serait bien de préciser qu’il n’était pas dans le domicile du guide Cheikh Ahmadou Kara Mbacké au moment de la descente de la gendarmerie. C’est seulement après le départ de la gendarmerie que le guide, informé de la situation, a immédiatement intimé son fils Serigne Ahmad Mbacké l’ordre d’aller chercher ce talibé partout où il se trouverait pour le mettre à la disposition de la justice pour répondre des accusations qui pèsent sur lui.
Le communiqué fait aussi allusion à des cas de maltraitance et de malnutrition : Il serait bien de rappeler que les  pensionnaires de ces centres (Daara tarbiyah) y ont été envoyés par leurs propres parents sur la base d’une décharge d‘autorisation parentale signée. Ces mêmes parents, accompagnés de membres de leurs familles, faisaient des visites récurrentes pour s’enquérir de l’état de leurs enfants dans la structure. Faut aussi préciser que la plupart des  pensionnaires sont des victimes de la drogue ou de jeunes repris de justice arrivant dans le centre dans un très piteux état. Le centre Darou Salam, connu de toute la population dakaroise, était souvent le dernier recours pour ces parents dans le désarroi, ne sachant plus à quel saint se vouer.»

1 COMMENTAIRE

  1. Affaire centre de redressements de serigne KARA
    Je suis témoin par plusieurs séjours de liberté fils
    Le centre de guediawaye l a sauvé la vie
    L a permis de réussir son bac
    Le commissariat de guediawaye m a rassuré que le centre n a pas de probleme de maltraitance ni de drogue
    Les parents signent un document de placement
    La participation mensuelle hebergement et nourriture était de 20.000frs
    Le commandant gère l argent de poche avec tracabilite
    Il y a
    1)formation civique
    2)Activites sportives dans un terrain en bord de mer en plein air
    3)cours de coran non obligatoire
    Ce centre reçoit toutes les couches sociales j y ai rencontré des magistrats comme des agriculteurs et meme medecins
    Dans tous les centres de sevrages il y a toujours de la drogue car le sevrage brutal est meme mortel par manque
    Qui en veut à ces centres ???
    Dr niang babacar

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here