PARTAGER
Aïda Mbodj du Pds reste la «terreur» de l’Apr au niveau de la Commune de Bambey.

Il est parfaitement recommandé de faire parfois l’évaluation des entreprises ou des épreuves subies; les contreperformances électorales de l’Apr au niveau de la commune de Bambey doivent inviter tout militant à une certaine introspection.. A examiner de prés la situation et les faits qui l’alimentent, la question qui taraude les  esprits des  politiciens et des non politiciens est de savoir pourquoi le Pds et son mentor gagnent à chaque élection à Bambey.
Pourquoi nous perdons toujours les élections dans la commune ?
Les éléments de réponses qui expliquent sans la justifier notre défaite sont multiples ; ils sont internes, externes, d’origine stratégique.
Notre adversaire dans la commune et dans le département est le leader incontesté du Pds, un stratège politique doublé de courage et de pugnacité. A beau être contre le lièvre, reconnaissons lui quand même ses longues oreilles.Madame Aïda Mbodj, réputée battante, confirme de jour en jour sa réputation de lionne du Baol et jusqu’ici rien n’entame ce préjugé.
Pour être conséquent avec soi, il est honnête de reconnaitre que la supposée lionne n’a pas usurpé  ce titre que nul jusqu’ici n’a pu parvenir à remettre en cause même si en 2012, elle  a été bousculée par son frère Abdou khadir Mbodj l’obligeant à se réfugier derrière une liste nationale pour passer député.
A  dire vrai notre  bonne dame a une démarche politique efficace : l’entretien permanent de sa base politique qui repose sur la proximité et le partage.
Elle est l’une des rares leaders politiques à descendre tous les weekends dans sa ville, et à assister ou à se faire représenter à toutes les cérémonies de ses militants. Cette permanence dans les contacts avec sa base crée une connexion régulière avec celle-ci et ne laisse aucune  possibilité à ses adversaires apéristes d’infiltrer son territoire pour pêcher dans son stock de militants. En réalité, elle est utile à ses militants car répondant à leurs sollicitations ; en cela elle a un électorat qui lui est fidèle quelle que soit la météo politique.
Une opposante à moyens, peut bien réussir ce qu’elle a réussi ; et à moyens  égaux nous sommes capables d’amoindrir à grande échelle son leadership sinon la mettre en minorité aux futures  échéances électorales.
Des causes internes expliquent nos défaites successives dans la commune, on peut citer, entre autres, le manque de crédibilité de certains responsables apèristes, l’inorganisation et le défaut de casting.
Le leadership est une donne indéniable et payante en matière politique, le charisme et l’influence sont déterminants dans les conquêtes politiques et c’est là où le choix des responsables aux avant-postes des épreuves doit être judicieux car il peut décider de la réussite ou de l’échec de toute lutte.
A ce niveau certains responsables (bien que dévoués, disponibles aux missions du parti, et militants de première heure) mis en scelle par je ne sais qui  n’ont ni l’expérience politique, ni l’influence ou le charisme nécessaire pour remorquer les populations à la cause de l’Apr.
Victimes de leur inexpérience et de la limite de leur culture politique ils optent   pour un ostracisme de mauvais aloi, refusant de partager ou de s’en ouvrir à d’autres quand il est question de prendre de grandes décisions ou d’accomplir de grandes tâches venant de la direction du parti. En vérité ceux qui dans la commune se prennent pour les responsables légitimes du parti n’ont pas les moyens de leur prétention, ni le leadership nécessaire, et ceux qui hésitent à nous rejoindre dans le combat politique nous reprochent le manque de pertinence et de carrure de ceux qui veulent passer pour les promoteurs du parti.
Parallèlement à ce premier groupe peu influent, la commune peut se targuer de responsables sérieux, dévoués avec des profils rassurants politiquement et intellectuellement, qui combinés à cette première entité peut constituer un groupe assez homogène pour réussir tous les paris. Des responsables comme l’honorable député Pape Abdou Khadir Mbodj, Ousseynou Kassé, Samba Dramé, Pape Amar Diop, Moro Diallo, Awa Sène Diop, peuvent, s’ils sont mis au cœur des décisions et missions du parti, réussir des exploits incommensurables et faire face à notre adversaire politique.
De ce défaut d’organisation et de structuration du parti en a résulté un défaut de casting qui a frustré plus d’un et comme le disait Louis XVI : «Quand on cesse d’estimer, on cesse d’obéir» ; pour pouvoir orienter les populations dans un sens ou dans un autre il faut créer la complicité  avec celles-ci, et cela n’est possible que quand il y’a un lien affectif entre les responsables et les militants.
Ce qui urge à Bambey, c’est l’organisation du parti et sa structuration ; pour cela il ne faut attendre aucune consigne de la direction du parti, il faut anticiper sur l’avenir. A notre niveau nous pouvons et nous devons même dresser une feuille de route en vue des prochaines législatives et corréler nos forces autour du député Abdou Khadir Mbodj pour qu’ensemble nous fassions le travail de grande mobilisation et de propagande pour inverser la tendance.
Légitimement le député Abdou Khadir Mbodji est le coordonnateur du parti au niveau de la Commune de Bambey ; son statut parlementaire, son implication quotidienne dans le devenir social et économique de la ville, les services qu’il rend à la jeunesse et aux couches défavorisées, son poids politique et l’entregent dont il bénéficie sont autant d’atouts qui lui donnent toute cette légitimité, tout autre choix amoindrit les possibilités d’élargissement du parti. La préoccupation de tout un chacun doit être l’élargissement du parti et sa densification, deux enjeux que nous pouvons réussir quand on même le combat autour de notre frère Abdou Khadir Mbodj porté au cœur pour les hauts dignitaires de la ville qui sont de véritable porteurs de voix. J’invite au même moment notre frère  député à entreprendre ce travail de rassemblement de toutes les forces acquises à la cause de l’Apr afin que nos actions soient mutualisées pour le triomphe en 2017. Si votre appel se heurte à la sourde oreille de dissidents immatures et aveuglés, nous saurons en ce moment que l’intérêt de Bambey ne les préoccupe pas et ils s’isoleront d’eux mêmes et en tireront les conséquences.
Je suis persuadé que les forces vives et responsables de la ville répondront à votre appel et accepteront de corréler leurs efforts aux vôtres pour faire de Bambey un fief de l’Apr. Les échecs répétés discréditent les responsables de la commune, et toutes les grandes victoires n’ont été possibles qu’avec de grands responsables aux grands moyens.
Il faut capaciter les responsables communaux.
Les différents castings du Président Macky Sall ont omis la commune de Bambey, alors que l’enjeu était de taille pour la ville car abritant un des plus farouches opposants de l’Apr et du Président. En conquête politique l’accent doit être mis sur les zones où l’adversaire est bien implanté afin de lui opposer des responsables à sa hauteur capable de le mettre en ballotage ou de le noyer. Au moment où nous sommes, le rapport de forces est à l’avantage de la présidente du groupe parlementaire du Pds ; et au vu des moyens dont elle dispose le renversement de la tendance peut être un exercice délicat et difficile à réussir, cependant il est loin d’être impossible.
Il est d’une évidence bien établie que l’équation la plus difficile à résoudre c’est de faire face pour un Etat à une opposition financièrement puissante.
Nous sommes à sept mois des législatives, un grand travail de mobilisation doit se faire, il se fixera comme tâche prioritaire une pêche de voix dans les prairies bleues à Bambey. Un grand combat nous attend, il est le seul objectif qui vaille pour les jours à venir et l’essentiel de nos efforts doit être orienté à cela. Il est indéniablement admis que les grandes batailles font appel à de grands moyens et c’est à ce niveau que nous responsables et militants à Bambey, devons être accompagnés..
Nous savons ce qui nous fait perdre aux différentes élections, mais au même moment et après analyse nous savons ce qu’il faut pour reconquérir le terrain perdu. Je me refuse de faire le procès de la direction du parti ni celui des responsables et militants de l’Apr car les responsabilités sont partagées.
Au président Macky Sall haute autorité de l’Apr il urge de capaciter les responsables pour que la bataille soit engagée et gagnée ; à nous responsables il nous faut un nouveau plan d’action avec comme axe phare la mobilisation permanente et l’inscription sur les listes électorales. Le reste de la stratégie se dit en sourdine  entre responsables de la direction et ceux de Bambey car ce débat doit être entouré d’une certaine confidentialité.
Quand les contre-performances électorales sont récurrentes c’est que la stratégie pour contrer l’adversaire est inopérante ou l’énergie qui l’alimente est insuffisante et dans ce cas il faut entrevoir une démarche plus novatrice.
Madame la présidente n’est pas invincible, et si le Président Macky Sall accède aux propositions que la coordination de la commune de Bambey lui fait, nous lui promettons de renverser la tendance.
La conquête des zones perdues (Thiès, Bambey, Sedhiou, Touba, Mbacké et Ziguinchor) doit être les futures batailles du parti présidentiel, et cet exercice n’est guère impossible car le parti dispose de ressources humaines, financières et logistiques pour le réussir. En prélude à cela je suis de ceux qui pensent que le camarade président Macky Sall doit recevoir tous les responsables politiques des villes où l’Apr est minoritaire ; ces rencontres permettront de discuter à bâtons rompus sur les causes des blocages qui nous font perdre et surtout comment envisager l’avenir pour reconquérir le terrain perdu. J’ai parlé d’audience car je veux que les discussions qui en sortiront soient entourées d’une certaine confidentialité compte tenu de leur caractère stratégique.
A Bambey nous responsables savons ce qui nous fait perdre et savons du même coup quelle est la stratégie à asseoir pour gagner les futures batailles ; le hic est que nous n’avons pas les moyens locaux pour traduire en actes cette stratégie, c’est en ce moment que nous sollicitons le coup de pouce du parti.
Des responsables comme Ousseynou Kassé par ailleurs Directeur exécutif de l’Autorité nationale de la biosécurité, Papa Amar Diop, le docteur Samba Dramé  l’honorable député Abdou Khadir Mbodj et Morau Diallo se déploient quotidiennement dans la commune pour le triomphe et l’élargissement des bases du parti, seulement dans un combat où les armes sont inversement proportionnelles la direction de la victoire est d’emblée connue. Si le Secrétaire général du parti nous tend l’oreille nous lui dirons ce qu’il faut faire à Bambey pour mettre le Pds en difficulté et l’opposition en général.
Dans le département nous avons significativement rétréci l’espace conquis par la député Aida Mbodj, le défi prochain c’est de la bousculer au niveau de la commune au point de rendre son parti minoritaire et ceci est dans l’ordre du possible.
Ayons une lecture objective de nos défaites dans la commune pour cerner les manquements afin de les corriger à l’avenir ou de les relayer à un niveau supérieur s’ils ne peuvent pas trouver de solutions locales. A ceux qui découragés par les pratiques et comportements peu orthodoxes et aristocratiques de responsables limités en matière de coaching avaient mis en veilleuse leurs activités au sein du parti je les supplie de revenir à de meilleurs sentiments et de préparer avec nous les futures batailles.

Ibrahima KA
Responsable Apr à Bambey
  ibrahimaka56@gmail.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here