PARTAGER

Un nouveau jour se lève à l’Office national de l’assainissement (Onas), partout des ouvrages sortent de terre.
Le rythme d’exécution des projets est à la vitesse du Ter. Dans un passé récent, les populations du Sénégal vivaient dans une psychose permanente des inondations. Mais aujourd’hui, avec l’arrivée de Monsieur Lansana Gagny Sakho à la tête de l’Onas, la construction des canaux d’évacuation des eaux pluviales et le raccordement des ménages au réseau de collecte des eaux usées ouvrent de belles perspectives pour les populations et permettent l’espoir. Face au défi des branchements sociaux domiciliaires, le personnel de l’Onas est sur tous les fronts de l’assainissement afin de servir comme toujours les Sénégalais.
Nous pouvons rassurer ces derniers que l’Onas donnera à fond la mission régalienne de service public avec son nouveau directeur (l’Homme de l’année 2017). La transformation du cadre de vie n’est plus une promesse pour les populations, mais bien une réalité. Le Sénégal a aujourd’hui changé de visage sur le secteur de l’assainissement. Dans le passé, personne n’osait mettre le pied dans certains endroits de la banlieue au risque de faire face à certaines intempéries, mais aujourd’hui la question des inondations est un vieux cauchemar.
A ce sujet, les cités religieuses constituent une priorité dans la nouvelle politique définie par le chef de l’Etat et son gouvernement. Le constat voudrait que les gens conviennent que les impacts des inondations s’atténuent de plus fort, grâce aux ouvrages qui sont menés dans plusieurs cités religieuses. Il sied de savoir que la modernisation de ces cités figure en bonne place dans l’agenda du président de la République, Son Excellence Macky Sall. Mieux, un programme spécifique est conçu pour répondre aux besoins particuliers de ces lieux saints (Touba, Tivaouane, Médina Baye, Ndiassane, Thiénaba, Léona Niassène…). Les investissements consentis depuis l’arrivée du président de la République au pouvoir ont libéré les zones de Darou Khoudoss, le centre de santé de Ndamatou, entre autres, des eaux usées et pluviales.
Cette année, l’Onas veillera minutieusement sur l’ensemble des villes afin d’anticiper sur les pluies avec le programme Opération pré-hivernale (Oph) qui se déroulera sur l’ensemble du territoire national, de même que programme de curage des canaux dans les banlieues afin de faciliter l’évacuation des eaux pluviales.
L’espoir est permis et ces résultats ne sont pas le fruit du hasard. Ils traduisent une volonté d’offrir un cadre de vie sain et meilleur aux populations. Cette volonté est traduite aussi en actes avec la mise en œuvre du Programme décennal de lutte contre les inondations. La consolidation et la densification d’assainissement dans les cités religieuses sont toujours une priorité pour l’Etat du Sénégal. C’est en ce sens que beaucoup d’investissements ont été consentis afin de prendre à bras-le-corps la problématique de l’assainissement des cités religieuses qui n’avait pas autant mérité des attentions de la part des régimes précédents. Aujourd’hui, il est programmé le renforcement des ouvrages d’assainissement dont les travaux sont en cours d’exécution.
L’espoir est permis oui, parce que l’Onas sera au service des populations pour l’accomplissement de la politique d’assainissement du président de la République avec un assainissement de qualité et adéquat. Avec le travail important abattu par l’équipe de Monsieur Lansana Gagny Sakho, nous allons vers des années avec zéro inondation.
L’espoir est permis encore une fois avec la collaboration du privé qui joue un rôle moteur dans la chaîne des valeurs de l’assainissement qui, aujourd’hui, de par son implication et son efficacité apparaît aux yeux de l’Onas comme un partenaire.
Ainsi, avec la livraison avant l’hivernage des ouvrages de lutte contre les inondations, l’espoir est permis. Il l’est toujours avec la gratuité des branchements sociaux qui ont été réalisés durant la phase d’exécution des projets d’assainissement dans les régions, ce qui donne un meilleur cadre de vie des populations.
Le retour des bailleurs de fonds, la participation citoyenne des Asc, des groupements de promotion féminine et des comités de quartier ont permis de mettre en place une équipe dynamique qui a fait renaître l’espoir dans le secteur de l’assainissement, naguère considéré comme le parent pauvre du secteur de l’eau.
Avec ces rayons qui brillent à l’Onas, certaines localités jadis inondables ne vont plus vivre dans les eaux. Une nouvelle vision et une politique de l’Onas a fait renaître l’espoir au niveau des populations.

Missig TINE
Onas
zigtine@gmail.com
«Assainissement pour un meilleur cadre de vie»

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here