PARTAGER

Après 72 h de tension, les avocats de Khalifa Sall ont placé la «barre» très haut en demandant sa libération en devenant une caisse de résonnance du juge communautaire. Et le procureur a offert une musique douce à entendre pour le maire de Dakar, en prison depuis plus d’un an. Et le 18 juillet, le juge Demba Kandji, qui est sorti de son confort, pour présider ce procès, scellera le sort de M. Sall, qui a passé une sale année dans une caisse noire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here