PARTAGER

Je suis un citoyen médinois, qui souhaite comprendre la situation qui fait l’actualité dans notre commune. Nul n’ignore que vous êtes le premier magistrat de notre commune, la Médina. Nous sommes tous d’accord que votre rôle est de veiller au bien-être, à la sécurité des Médinois entre autres. Nous comprenons aussi que la Médina n’est pas à vendre. Elle n’appartient à aucun parti politique encore moins un politicien de quelque bord que ce soit d’ailleurs. J’ai toujours cru que l’école doit être un espace d’apprentissage et un lieu d’épanouissement pour les élèves, mais je constate le contraire dans notre commune la Médina.
Après le centre commercial construit dans l’espace scolaire de l’école Nago Samb, l’immeuble des Chinois dans l’école des champs de courses et la suppression définitive de l’école Mamour Diakhaté ex Médina 2, aujourd’hui je vois un projet de terrain synthétique dont nous ignorons la finalité à l’intérieur de l’école Alassane Ndiaye Alou ex-Médina 1. Sans parler des restaurants que je croyais scolaires qui sont construits dans l’enceinte du complexe école Médina. Hélas, ce sont des  restaurants Fast food privés, tenus par des étrangers, qui fonctionnent jusqu’à des heures tardives de la nuit.
Où est la sécurité des élèves ?
Cela m’amène à me demander, monsieur le maire de la commune de la Médina :
Est-ce que vous avez un problème avec les écoles de la Médina ?  La Médina n’est pas à vendre monsieur le maire, c’est un patrimoine, un legs que vous et nous avons le devoir de conserver pour les générations futures. Ce patrimoine n’est pas à vendre ni à détruire ou supprimer.
Je me questionne et je demande à la mairie des réponses en tant que citoyen médinois.
Il faut que le contenu du projet terrain synthétique, signé depuis 2014, soit dévoilé aux Médinois.
Pourquoi  la mairie ne finance-t-elle pas seule ce projet avec toutes les rentrées de flux financiers importants, des dizaines de millions par année en termes de «djiouty» et autres entrées durant les locations des voix publiques en période de fête ?
Pourquoi vouloir recourir à un partenaire inconnu ? Lisez-vous bien le contrat signé ?
C’est quoi la contrepartie ?
C’est qui ce partenaire ? Quel est son activité ?
Le terrain synthétique a-t-il un coût ?
Le budget prévisionnel est de combien ? Est-ce une dette à rembourser ou business entre la mairie et le partenaire X ?
Est-ce un cadeau offert par le partenaire X à notre commune ?
Quelle est la contrepartie si c’est le cas ?
Soyons lucide mes amis, il n’y a rien de politique. On ne peut pas signer un contrat avec un inconnu nommé partenaire. Il est qui, ce partenaire ? Il fait quoi ce partenaire ?
La mairie a-t-elle payé X gratuitement ou doit-elle donner autre chose (et quoi ?) en contrepartie ?
Ne nous voilons pas la face ! Il faut que la lumière soit faite. Je demande à la mairie de laisser notre terrain demeurer «public». Nous ne voulons pas de privatisation de nos espaces publics à la Médina.
Que  vont devenir les Médinois sportifs du dimanche, qui ont toujours connu le terrain Maracana, vieux de dizaines d’années, les Asc après la perte du stade Assane Diouf ?
La Médina n’est pas à vendre monsieur le maire.
Veuillez recevoir monsieur le maire mes sincères salutations en espérant obtenir une réponse à mes questions.
Ousmane KANTE
Président 
Association  Khaleys Medina de la Diaspora Asso Akmd
Double lauréat prix ragne 2013 et prix citoyen Model Africain 2018.
Initiateur du programme les Petits Déjeuners des Élèves de la Medina.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here